bataille de boules de neige en playmobils

Entrez dans le plus petit (mais étonnant) musée dédié à Napoléon : le NapoRama d’Ajaccio

5 minutes de lecture 859 vues

Petit, peut-être, mais ce n'est pas la surface qui compte quand on a des centaines de Playmobils pour rejouer l'Histoire. Créé par un passionné entouré par un collectif associatif, le NapoRama s'avère être LA visite insolite et familiale dans la cité impériale : on y revit, commentaires et jeux à l'appui, la vie du jeune Bonaparte, de sa naissance à son sacre... Dans une seule et unique pièce chargée en reconstitutions miniatures. Ma fille de 10 ans s'en souvient encore !

Poussons ensemble la porte du NapoRama, un drôle d'endroit caché dans la vieille ville d'Ajaccio.

Un musée scénographique en Playmobils

Vous conviendrez que c'est insolite, surtout dans une ville comme Ajaccio où tout transpire la tradition. Oser créer un musée avec des Playmobils, pour nous faire redécouvrir l'épopée napoléonienne ! Une audace que seuls des grands enfants pouvaient avoir dans la cité impériale. Même le créateur du village miniature de Carriolu, près de Corte, n'est pas allé aussi loin.

bataille napoleonienne en playmobils à ajaccio
C'est sur le principe du diorama que l'on revisite la vie de Bonaparte. © Ithaque

Le résultat est clairement surprenant, ou "vraiment pas mal", selon les propres mots de ma fille. Car même si les moyens mis en œuvre pour restituer les grands moments du Passé semblent artisanaux, ce NapoRama n'est pas un travail d'amateur. On a affaire à des fins connaisseurs de Bonaparte, habiles de leurs mains (notre guide customise lui-même des Playmobils pour les rendre conforme à la réalité historique), exigeants en termes de scénographie.

"C'est fou qu'ils aient réussi à faire tout ce petit monde avec des Playmobils !"

Ma fille Vanina, 10 ans

C'est sur le principe du diorama que l'on revisite la vie de Bonaparte, dans des plans réduits habillés de lithographies (impressions). "On entre alors dans une mise en abime de la scène où la texture touche de façon subliminale l’œil et projette les personnages dans la puissance des intentions de l’artiste du tableau initial ; ainsi Naporama est une aventure à plusieurs dimensions", peut-on lire sur le site du mini-musée.

musée playmobils ajaccio avec napoleon
Les scènes d'histoire s'enchaînent, pour le plaisir des curieux. © Ithaque
bataille des boules de neige napoleon à ajaccio
La célèbre bataille de boules de neige reprend vie avec des Playmobils. Trouverez-vous Bonaparte ? © Ithaque

Une drôle de façon de revivre l'histoire napoléonienne

Moi qui pensais pouvoir entrer librement, erreur. Ce n'est pas un musée pour les flâneurs. Ici, même dans 50 m2, vous êtes accompagné(e). Et tant mieux !

Le co-concepteur du NapoRama, en plus de gérer l'accueil, joue aussi les guides avec beaucoup de gentillesse et de second degré. Nous faisons donc le tour - en 45 minutes environ - en groupe restreint, comme dans un parcours dans l'espace et dans le temps. Il y a des personnages partout, des histoires en cascade. Le visiteur doit regarder dans chaque recoin, souvent se pencher, pour ne rien rater.

enfants au musée du naporama d'ajaccio
Les enfants sont immédiatement captivés. © Ithaque

Les enfants sont immédiatement captivés par les explications et les petits jeux du conteur, qui marque l'arrêt devant chaque scénette napoléonienne : anecdotes, quizzes, cache-cache, personnages secrets... On ne s'ennuie pas, les plus petits en premier. C'est à qui répondra le plus vite ou trouvera l'indice caché dans le décor en carton-pâte et en plastique !

musée napoleon ajaccio naporama
Au NapoRama, il y a des personnages partout, des histoires en cascade. © Ithaque
sacre de napoleon en playmobils
En point d'orgue de la muséographie, la cérémonie du sacre de l'Empereur Napoléon. © Ithaque

Parmi les séquences historiques les plus marquantes, on assiste à la bataille de Ponte Novu, à la célèbre bataille de boules de neige de Brienne-le-Château, ou encore au siège de Toulon. Sans oublier, en point d'orgue de la muséographie, la cérémonie du sacre de l'Empereur Napoléon. Pour le reste, je garderai le silence ; "acqua in bocca", comme on dit en Corse.

Et quand la visite est terminée, notre hôte accorde un peu de temps libre pour déambuler devant les dioramas qui nous ont le plus marqués. L'occasion de prendre une photo ou de s'attarder sur les moindres détails. Ici, la contrainte de place s'est révélée un stimulant créatif pour les compositeurs du NapoRama.

guide du musée naporama d'ajaccio
Le co-concepteur du NapoRama, en plus de gérer l'accueil, joue aussi les guides avec beaucoup de gentillesse. © Ithaque

Préparez votre visite au NapoRama

Pour l'adresse, on ne peut pas faire plus central : rendez-vous au 13 rue Forcioli Conti, entre la place des Diamants et le Vieux Port Tino Rossi. L'entrée ne paie pas de mine : juste une double porte en bois perdue le long d'une vaste façade.

Vérifiez bien les jours et horaires d'ouverture, "liés à la disponibilité des membres suivant leurs contraintes" (des propres mots de l'association). En haute saison, vous devriez pouvoir le visiter du mardi au samedi ; c'est moins certain entre la Toussaint et le printemps, comme partout en Corse.

entrée du naporama à ajaccio
L'entrée du mini-musée ne paie pas de mine : juste une double porte en bois. © Ithaque

Pas de réservation possible, au cas où vous vous poseriez la question. Il faudra donc "prendre le risque" de vous rendre sur place... Mais attention : le NapoRama ne pouvant accueillir que de très petits groupes, l'attente dépendra du nombre de personnes qui se sont présentées avant vous pour un tour guidé. Encore une fois tout dépend du moment ou de la période de la visite.

Que faire, voir, visiter autour du NapoRama ?

Vous ne viendrez certainement pas dans le vieux quartier d'Ajaccio pour - uniquement - visiter ce minuscule musée. Alors voilà quelques bonnes idées pour remplir votre programme, toujours à pieds et à proximité :

Déambuler dans la vieille ville. Vous vous laisserez charmer par l'architecture vieillissante du quartier qui a vu naître et grandir le jeune Bonaparte. Bonnes tables, bars et échoppes ponctuent les ruelles.

Faire une pause à la guinguette de la citadelle. Récemment ouverte au public, la citadelle, dressée face à la baie d'Ajaccio, se visite au calme. Un petit bar y a sorti ses tables pour le plaisir des ajacciens et des touristes informés.

guinguette de la citadelle d'ajaccio
La guinguette de la citadelle d'Ajaccio est parfaite pour une pause au coeur de l'histoire. © Ithaque

Entrer dans la Maison Bonaparte. On ne la présente plus, et son succès en fait l'un des musées les plus convoités dans l'Ile de Beauté. C'est dans cette bâtisse coincée entre les rues étroites de la vieille ville que Napoléon a passé une grande partie de son enfance.

Traverser le marché d'Ajaccio (si c'est le bon jour). Développé avec une halle gourmande depuis quelques années, il offre tout ce que l'on désire découvrir de la gastronomie corse, du mardi au dimanche, en matinée et sur l'heure du midi.

plage de saint françois à ajaccio
C'est l'une des plages iconiques d'Ajaccio : Saint-François, au pied de la citadelle. © Ithaque

Vous baigner sur la plage Saint-François. Plutôt après la visite du Naporama. Cette jolie plage de sable blanc, emblématique de la promenade ajaccienne, s'étend au pied de la citadelle et de la place des Diamants.

Se cultiver au musée Fesch. L'institution culturelle fondée par le cardinal Fesch (oncle de Napoléon Ier) abrite, au sein d'un monumental palais du 19ème siècle, des œuvres d'une grande richesse : peintures, sculptures, estampes, objets divers, textiles...

Monter jusqu'au Casone. Passage obligé sur les hauteurs du cours Grandval, la place accueille de nombreux événements culturels d'Ajaccio. Il faut dire que le magnifique monument en escaliers, surmonté d'une imposante statue de l'empereur, donne au lieu une aura particulière.

Avant de fermer cette page, une dernière info : le musée s'est auto-financé, et ne bénéficie a priori d'aucune aide économique de la ville d'Ajaccio. Les passionnés peuvent soutenir le NapoRama sous la forme d'un don, directement via le site web du musée. Sinon, laissez un peu plus que le (petit) prix d'entrée.

A bon entendeur...

Ange Pozzo di Borgo
Ange Pozzo di Borgo

Amoureux de Syracuse mais originaire de l'Ile de Beauté, Ange coordonne notre équipe éditoriale en Méditerranée et gère les relations avec nos partenaires locaux (artisans, acteurs du tourisme...).

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Corse

Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée