un village de balagne sur la route des artisans corses

« A Strada di l’Artigiani » : roadtrip en Balagne à la rencontre des artisans corses

6 minutes de lecture 2093 vues

Jaillissant des entrailles de la Méditerranée, la Corse exerce sur le voyageur un pouvoir magnétique. Depuis les airs, le regard se perd dans ses golfes merveilleux et sur ses monts aiguisés enveloppés de neige, quand depuis la terre ferme les sens sont exaltés par ses maquis mystérieux au parfum de thym, de lavande, et de menthe sauvage. Lors des longues journées d’été chauffées par un soleil écrasant, ses rivières à la couleur émeraude apportent une fraîcheur bienvenue.

C'est au Nord de cette île enchanteresse, précisément en Balagne, que mon chemin vous emmène dans cet article. Là-bas, l'artisanat se révèle de hameau en village.

La Balagne, micro-région méditerranéenne entre grandeur et mutations

La Balagne, microrégion du nord-ouest de l’île, est un concentré de ce qui fait l’essence de la Corse : un territoire rural enraciné entre la mer d’un côté et la montagne de l’autre. Administrée par les Romains, puis par les Pisans et les Génois, la région est ouverte sur le bassin méditerranéen et connaît un développement prospère. On y produit du vin, de l’huile et des céréales dont on fait commerce.

Des seigneurs locaux, ou "sgiò", jouent un rôle important sur le plan politique et économique alors que l’Église occupe une place prééminente dans la vie quotidienne des citoyens. La microrégion sera même nommée « Sainte Balagne » tant le nombre de lieux de culte va croître durant l’époque pisane. Cet ordre des choses va perdurer jusqu’aux dernières décennies du XIXe siècle, qui symbolise l’apogée de la société corse traditionnelle.

maison corse à pigna, en balagne
Les façades de caractère des maisons balanines. © Kirsten Karius

Cependant, avec la Première Guerre mondiale, les Corses vont payer un lourd tribut qui va entraîner un effondrement de cette société. Cela est aggravé par les mutations profondes que connaît le monde, provoquant l’exil des habitants sur le continent ou vers les grandes villes comme Ajaccio et Bastia.

Si la Balagne est aujourd’hui un territoire fortement influencé par le tourisme estival, un noyau dur de population s’est maintenu et perpétue les gestes ancestraux qui ont été transmis de génération en génération.

Une association artisanale à "sillonner" par les routes corses

En 1993, la Chambre des Métiers de Haute-Corse convie l’ensemble des artisans et des producteurs à une réunion qui va donner naissance à l’association La Strada di l’Artigiani. L’objectif est de faire découvrir au grand public les savoir-faire pratiqués dans les villages de Balagne par les artisans d’art et de bouche, ainsi que par les producteurs agricoles.

L’année suivante, une route thématique du même nom que l’organisation est créée, qui est traduit en français par "La route des savoir-faire de Balagne". L’association regroupe aujourd'hui 49 adhérents qui sont répartis sur la totalité des communes balanines.

À ce sujet, elle possède un site internet où il est possible d'accéder à une carte interactive sur laquelle se trouve la localisation des artisans. L’itinéraire, d’une esthétique très singulière, serpente sur les petites routes sous la bienveillance du Monte Grosso (1935 mètres) tout en offrant de superbes perspectives sur le littoral. Il guide le visiteur de village en village, dans un décor à la végétation éparse où le milan royal, rapace très commun dans le secteur, n’est jamais loin.

ruelle village speloncato en corse
A cœur de Sant'Antonino, à la recherche des ateliers d'artisans corses. © Sébastien Leroy
route des artisans à speloncato
Cette route offre aussi une immersion idéale au cœur des villages corses. © Sébastien Leroy

Le circuit permet de découvrir les ateliers de ces femmes et de ces hommes qui ont choisi d’exprimer par leurs mains ce qu’ils ont dans la tête. La diversité des objets confectionnés et la richesse de la production agricole, sur un territoire relativement restreint, font de la route des artisans un lieu remarquable sur l’Île de Beauté.

Vous pouvez d'ailleurs profiter d'une visite commentée des plus beaux villages de Balagne avec un guide local, via notre partenaire GetYourGuide :

Voir l'excursion

Coutellerie, Céramique, Oléiculture, Viticulture... Tous les savoir-faire s'y trouvent

Parmi les nombreux savoir-faire que l’on retrouve, la coutellerie est bien représentée. À Calvi, Gilles Garcia vous recevra dans son atelier A Funderia, qui est une fonderie de bronze d’inspiration antique.

Toujours dans la cité de Christophe Colomb, Pol Demongeot crée une coutellerie d’art originale et façonne des pièces uniques. Il s’exprime avec une forge au charbon dite « Japonaise » et maîtrise un grand nombre d’aciers. Comme d’autres avant lui, il a intégré le Centre Ethnographique de Recherche Métallurgique (CERM) de Lumio afin d’y développer ses compétences et d’y apporter ses connaissances.

La Méditerranée, depuis l’antiquité, est un espace géographique où est pratiquée la viticulture. La Corse, tout comme la Balagne, n’y échappe pas. Propriété de la famille Acquaviva depuis trois générations, le domaine Alzipratu s’étend sur plus de quarante hectares entre les communes de Zilia, de Moncale, et de Calenzana. Implantées au pied du massif du Monte Cintu, et à seulement quelques minutes du rivage, les vignes bénéficient d’une influence climatique contrastée mer-montagne.

Chez Alzipratu, tous les principaux cépages de l’île sont plantés, ce qui permet au viticulteur de réaliser différentes cuvées bien typées. Du côté des rouges, le Iniziu est issu des plus vieilles parcelles de Niellucciu alors que le Suale est produit à partir d’une parcelle de Sciaccarellu où paissent chaque hiver des brebis. Le Fiuri, quant à lui, est un assemblage de Minustellu et d’Aleaticu. Élevée en fûts de chêne et d’acacia, la cuvée Lume est élaborée avec du Vermentinu et délivre un blanc riche et complexe.

Nid d’aigle culminant à 260 mètres d’altitude, Pigna est un lieu de quiétude absolue où il faut impérativement faire halte. Le village, aux demeures blondes et aux volets azur, abrite une importante communauté d’artisans et de musiciens.

Sant'Antonino en balagne
Speloncato capturé au coucher du soleil. © Sébastien Leroy

Avec l’ambition de faire renaître des instruments oubliés, telle que la Cetera (emblématique cistre corse), Ugo Casalonga a fondé la maison du luthier A Casa Liutaiu. Depuis plus de trente-cinq ans, il crée et fabrique des instruments à cordes où chaque pièce est authentique. De la vihuela, au clavecin, en passant par le luth, cet artisan au savoir-faire raffiné a été amené à travailler avec de très nombreux musiciens.

Dans les ruelles de Pigna, après une intersection, se dessine l’atelier A Ceramica di Pigna. Installé sur les hauteurs du village, Cyril Quilichini utilise diverses techniques de tournage, d’estampage, et de coulage, afin de façonner faïences, grès, masques et plaques émaillées. Avec son père, il redécouvre depuis vingt-cinq ans les procédés de décoration d’autrefois, ainsi que certaines formes et couleurs du bassin méditerranéen.

a ceramica di pigna
Un atelier de céramique sur la route des artisans corses. © Sébastien Leroy

Pour les épicuriens et les amateurs de bonne chère, Pigna regorge de solides adresses où il fera bon admirer le coucher de soleil tout en grignotant un morceau (A Moresca, A Casarella).

La route des artisans ce sont également des oléicultrices et des oléiculteurs. Isabelle Tommasini, basée à Avapessa, propose de déguster et d’acheter directement sur son domaine de l’huile d’olive AOP Corse.

De même, David et Dominique Bichon invitent les curieux du côté de la vallée du Reginu à découvrir deux huiles extra-vierges issues de variétés d’olives différentes. La Sabina est la variété principale de la région balanine et est caractérisée par une légère ardence avec des arômes de poivre vert en fin de bouche, spécifique de la récolte hivernale. Pour sa part, la Germanghja a un fruité végétal à la saveur d’herbes vertes fraîches et de piment. Une certaine force dans la douceur lui permet une utilisation chaude ou froide.

atelier atraverre artisan verrier corse
A l'entrée d'une échoppe d'artisan verrier à Pigna. © Sébastien Leroy

Si un bon nombre de métiers et de spécialités ont été évoqués, nous pourrions également citer les artisans verriers, les artisans savonniers, les confiseurs, les bijoutiers, les biscuitiers, les vanniers, ou encore les maroquiniers.

La Balagne est une étendue riche de sa nature luxuriante, de ses paysages de carte postale, de ses artisans et de ses producteurs. Sans ces derniers, elle serait vidée de l’âme qui la fait vibrer. Ici, peut-être plus qu’ailleurs, l’esprit des natifs est tout aussi fertile que la terre sur laquelle ils vivent. C’est un lieu de cocagne, mais par-dessus tout, un territoire où la population locale n’a pas abdiqué.

Sébastien Leroy
Sébastien Leroy

Après 10 années passées entre Paris et Montpellier, Sébastien est retourné vivre sur l’île qui l’a façonné : la Corse. Enivré par la beauté brute qu’elle a à offrir, il aime y explorer sa nature sauvage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Corse

fleuve de l'alcantara
Porto Flavia en Sardaigne
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Suivez-nous en Méditerranée