randonneurs au lac de nino en corse

Les « Larmes de la Montagne » : 4 jours et 3 nuits d’aventure dans la chaîne des lacs corses

6 minutes de lecture 2543 vues

Notre planète est soumise depuis sa création, il y a plus de 4 milliards d’années, à des fluctuations de son climat, qui alterne entre périodes géologiques chaudes et froides. Il y a 20 000 ans, lors de la dernière période glaciaire qui porte le nom de Würm, les massifs corses étaient couverts de vastes glaciers qui s’enfonçaient dans les vallées. Un décor de paysages polaires extrêmes aux antipodes du climat que nous connaissons de nos jours.

Après cette longue période froide et sèche, le climat s’est progressivement adouci et a entraîné avec lui la disparition des glaciers. En se retirant, ils ont laissé la place à des vallées glaciaires, mais également à la constellation de lacs qui peuplent nos montagnes. Ces joyaux naturels sont aujourd’hui une source de fascination pour les randonneurs en quête de reconnexion à la nature.

refuge de manganu dans le gr20
C'est depuis le refuge de Manganu que notre randonnée en étoile dans le GR20 peut commencer. © Sébastien Leroy

Comme si cela s’apparentait à un pèlerinage, je me rends instinctivement depuis une dizaine d’années au centre de l’île pour me ressourcer dans la région des lacs. À l’été 2021, comme le veut la coutume, j’ai une nouvelle fois coulé quelques jours heureux au refuge de Manganu (dans le GR20), mon point de chute dans cette soif de quiétude à la conquête des "larmes de la montagne".

Jour 1 : Lac de Creno et Lacs de Rinella

La première journée d’un séjour en montagne n’est jamais celle qui est consacrée au coeur de l’activité, c’est-à-dire la marche. Elle doit toujours être précédée d’une phase de préparation du matériel et de l’itinéraire. Car, quand bien même je n’en suis pas à mon premier essai, une virée sur les sommets se doit d’être organisée afin de ne pas laisser de place à l’incertitude. Ou du moins trop de place.

Une fois la trace des différentes étapes dans la montre et le sac dans la voiture, je passe récupérer mon compagnon de cordée, Jean. Direction la commune de Soccia et le parking qui surplombe le village, à 1000 mètres d’altitude. C’est depuis cette aire de stationnement que notre circuit commence.

randonnée en corse vers le lac de creno
La forêt, majestueuse, m'enveloppe tandis que je randonne vers le lac de Creno. © Sébastien Leroy
lac de creno en corse
Le Lac de Creno n'a rien à envier aux paysages suisses ou canadiens. © Sébastien Leroy

Nous partons, les sacs chargés, sur un large chemin balisé qui va nous mener au lac de Creno ("Lavu a Crena"). Cette première halte offre un spectacle saisissant de beauté, bien que je ne puisse plus compter le nombre de spuntinu engloutis sur les pelouses verdoyantes qui bordent la rive. La carte postale d’un lac canadien saisit mon imaginaire à chaque fois. Il faut dire qu’avec les pins vertigineux qui l'entourent, Creno n’a rien à envier aux décors d’Amérique du Nord.

Nous reprenons la route pour cette seconde partie de la matinée qui laisse place à un vallon beaucoup plus minéral et sec. La chaleur est assommante bien que nous approchions des 1500 mètres d’altitude. Une heure et trente minutes plus tard nous posons le pied à Manganu, notre camp de base qui nous permettra de réaliser cette randonnée en étoile.

Je retrouve les visages familiers des gardiens, Jean-André et Antoine, avec qui j’ai noué des liens au fil du temps. Attablés autour d’une bière, nous papotons de l’année qui vient de s’écouler alors que la terrasse du refuge livre une vue dégagée sur le plateau du Camputile.

La journée n’est pas terminée et nous repartons en direction de Bocca alle Porte en empruntant le GR20. Certains moments de nos existences sont comme suspendus dans le temps. Que dire de ce coucher de soleil mémorable depuis la Crête de Rinella sur les lacs qui portent le même nom. Fabuleux.

lacs de rinella
Les lueurs du crépuscule se reflètent sur les lacs de Rinella, loin dans les montagnes corses. © Sébastien Leroy

Jour 2 : Lac de Nino, pozzine et chevaux en liberté

Nous nous réveillons vers 7 heures après cette première nuit d'adaptation à notre nouveau confort spartiate. Comme chaque année, j’ai loué une tente sur le site du Parc Naturel Régional de Corse. Du poids en moins à transporter.

Nous avons programmé une balade au lac de Nino pour ce second jour. La randonnée aller-retour n’est que de 3 heures, ce qui nous permettra de profiter des paysages et de les photographier. Une ode à la lenteur où flâner est de mise.

ane corse en montagne
On ne croise pas que des randonneurs en direction des lacs. © Sébastien Leroy

Après avoir passé le col d’Acqua Ciarnente nous entrons sur le plateau du Camputile où des vaches paissent tranquillement. Le panorama est celui d’un alpage typique qui a été transformé par l’activité pastorale. En effet, ici ne sont observables que très peu d’arbres alors que la densité de bergeries, qu’elles soient abandonnées ou en activité, est importante. Dans l’ombre de la Punta Artica, qui se dresse fièrement telle une pyramide, nous avançons vers les bergeries de Vaccaghja.

Le sentier serpente avec un léger dénivelé positif jusqu’au lac. Nino est un écrin de verdure où il est recommandé de retirer ses chaussures tant les pelouses sont délicates. Alors que nous prenons notre repas de midi, nous observons les chevaux en liberté qui viennent quémander aux promeneurs un morceau de pain. Un bonheur pour les enfants qui jouent avec ces équidés sauvages.

lac de nino
Au bout du chemin de randonnée, le paysage du lac de Nino se révèle, sauvage. © Sébastien Leroy
chevaux en liberté au lac de nino en corse
Vaches, chevaux et autres animaux en liberté peuplent les pozzine du lac de Nino. © Ithaque

Après une bonne sieste sur ce matelas naturel nous repartons pour notre sanctuaire. Arrivé sur place vers 16 heures, Jean remballe ses affaires et part pour le parking du lac de Creno car il ne peut rester davantage à mes côtés.

Pour ma part, je retourne sur mes traces en direction de Vaccaghja où je souhaite photographier le coucher de soleil sur le plateau du Camputile.

Jour 3 : Lacs de Melo et de Capitello

6 heures en ce troisième jour, il est temps de partir. Mes pas emboîtent le célèbre tracé du GR20. Tout comme ce fut le cas lors de la première journée, je me dirige vers Bocca alle Porte, ancien point le plus haut du GR qui culmine à approximativement 2230 mètres d’altitude.

La montée est régulière et l’effort soutenu, le sentier alternant entre roches et pozzi. L’ascension finale vers le col, si elle ne présente pas d’obstacles majeurs, est fatigante. Ici tout n’est que minéralité. On retrouve le granit sous toutes ses formes : en cimes élancées, en blocs, en cailloux, ou encore à l’état de poussière.

Lac de melo
Le Lac de Melo apparaît en contrebas, alors que le sentier monte vers le Capitello. © Sébastien Leroy
lac de capitello en corse
Sur les hauteurs de Corte, le Lac de Capitello nous émerveille par son bleu profond et glacé. © Sébastien Leroy

La difficulté est à la hauteur de la pureté du tableau qui se dévoile lorsqu'on franchit enfin le col. Perché dans le massif du Rotondu et cerné de pics affûtés, mon regard se perd dans la vallée de la Restonica où sont nichés les lacs de Melu et de Capitellu en contrebas. Une composition très photogénique que je n’ai pas souhaité capturer tant elle est partagée sur les réseaux sociaux.

Tout au long de la descente vers ces perles de la montagne je suis accompagné par des chocards à bec jaune qui tournoient au-dessus de ma tête. Je casse la croûte à Melu où je prends une pause bien méritée. L’occasion de se remémorer que nous devons le respect à cette nature si puissante et si fragile à la fois.

Le retour à Manganu est effectué en sens inverse où une bonne nuit de sommeil m’attend. Les 10 kilomètres couplés aux 1150 mètres de dénivelé positif m’ont usé.

Jour 4 : Lac de Goria et fin de l'aventure

Dernier jour de cette vie déconnectée de la civilisation. Le réveil est matinal car il faut impérativement que je me trouve au lac de Goria pour le lever du soleil. Le spectacle est au rendez-vous avec la lumière dorée du petit matin qui enveloppe le cirque spectaculaire du lac. Alors que je suis seul, je viens rompre le silence en sortant de mon sac une barre aux céréales.

De retour au refuge, je prépare mes affaires et discute avec les gardiens une dernière fois de la saison. Il me vient à l’esprit que l’ambiance montagnarde à une singularité qu’on ne retrouve que lorsqu’on expérimente la montagne. Cela peut sembler évident, mais il faut la pratiquer et la vivre pour comprendre ce que cela signifie.

montagne dans la vallée de la restonica en corse
Les cimes déchiquetées de la Restonica. © Sébastien Leroy

Le randonneur, après des journées de marche qui entaillent parfois la volonté et sans relâche les muscles, vient trouver un peu de réconfort auprès de ses semblables. On partage une bière, des souvenirs, le parcours qu’on empruntera le lendemain. On noue des amitiés éphémères, le temps de franchir un col ou d’admirer un lac.

Depuis le début de cette petite aventure, je n’ai cessé de rencontrer et d'échanger avec des baroudeurs venant de tous horizons. Chacun a à coeur de raconter son expérience dans une atmosphère chaleureuse. Le plein air ne permet pas de se reconnecter qu’aux grands espaces, dans l’effort il aide à se redécouvrir soi-même et à comprendre les autres.

Sébastien Leroy
Sébastien Leroy

Après 10 années passées entre Paris et Montpellier, Sébastien est retourné vivre sur l’île qui l’a façonné : la Corse. Enivré par la beauté brute qu’elle a à offrir, il aime y explorer sa nature sauvage.

9 commentaires
Le 25 juillet 2019 à 21:12

[...] de départ d’une multitude de randonnées. Nous souhaitions faire la randonnée finissant au Lac de Melo (terme provenant du terme corse mela : pomme). Ainsi, nous avons parcouru l’unique route y [...]

busserolles marie Le 20 janvier 2019 à 14:24

Bonjour, il faut combien de temps pour faire les 3 lacs melo/capitello et nino au départ de la bergerie de grotelle ,une journée ou deux ?? si 2 refuge le plus proche merci. sportivement. marie

Le 20 janvier 2014 à 17:31

Un légère préférence pour le lac de Creno, unique en Corse, un peu moins fréquenté l'été que les autres.

Le 22 mars 2013 à 16:36

[...] du Lac de Melo) à voir [...]

bastia Le 19 août 2012 à 09:14

bonjour.faudrait arreter de dire que melu et capitellu sont accesibles a tous .chemin sur la gauche tres raide mais a l'ombre de 8h a 11h pour les 15/55ans .celui de doite trop de monde sur certaines portions atente comme une ouverture des soldes...eviter les heures de chassé croisé...pas beaucoup de merci/ bonjour/ et surtout bonne chaussures/+eau .bonne rando quand meme

Ange Le 22 août 2012 à 08:53

Bonjour, merci pour vos précisions et votre commentaire.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Corse

Porto Flavia en Sardaigne
fleuve de l'alcantara
Suivez-nous en Méditerranée