Rivière Asco en Corse

Au cœur de la Corse sauvage, explorer la Vallée et les Gorges de l’Asco en 5 étapes-clés

3 minutes de lecture 32 vues

Gorges, forêts, montagnes, lacs… La Vallée de l'Asco fait partie des joyaux sauvages de l'Ile de Beauté, nichée entre le Centre-Corse et la Balagne, au cœur du Parc Naturel Régional. Partons à l'aventure de ce territoire escarpé qui longe la rivière du même nom, des gorges de l'Asco au Monte Cinto - le sommet de l'île.

Etape 1 : le village des tortues de Moltifau

Dédié à la tortue Hermann, espèce protégée et très présente dans l'environnement naturel de la Corse, le village des tortues de Moltifau a pour mission de préparer leur réintroduction dans leur cadre naturel.

Le village des tortues de Moltifau. Crédit https://villagedestortues.wordpress.com/

Vous pourrez y suivre un sentier découverte et vous arrêter auprès de plusieurs enclos. Ouvert tous les jours, 6€ pour les adultes, 3€ pour les enfants. Votre visite permettra en plus de financer ce beau projet de soutien à la faune insulaire.

Etape 2 : les Gorges de l’Asco

Les Gorges de l’Asco s’étendent sur 9 kilomètres. Elles commencent après Moltifao et se terminent au village d’Asco. Et là… vous arrivez dans l’endroit le plus spectaculaire de la vallée.

Les falaises creusées dans le granit sont entourées par d’impressionnantes crêtes rocheuses. Les plus importantes, la « Cima a i Mori » et le « Monte Terello » dépassent les 1000 mètres d’altitude. Vertigineux.

Gorges de l'Asco
Baignade dans les Gorges de l'Asco. Photo Loran sur Flickr.

Si vous n’êtes pas frileux, vous pourrez piquer une petite tête dans les piscines naturelles, mais l’eau est… vraiment fraîche ! Les senteurs sont aussi au rendez-vous : partout, le maquis de lavande et de ciste, les chênes verts, les aulnes et les genévriers envahissent le décor.

Etape 3 : Le village d’Asco

Le village d’Asco est blotti au creux de la montagne. Les randonneurs et des chasseurs s’y croisent. Auparavant, la région vivait grâce à l’élevage. 

Même si la tradition de la transhumance se perd un peu, vous pourrez tout de même déguster à Asco du fromage de brebis frais. Le miel de la région est vraiment réputé, avec toutes ses fleurs et senteurs… Un vrai délice.

A ce stade, vous aurez parcouru les 15 premiers kilomètres. Alors après cette petite pause gustative, on repart... Mais prenez quand même le temps de vous arrêter aux abords des anciens ponts génois, comme celui qui enjambe la rivière en contrebas du village. Classé Monument Historique, il fait partie d'une série de plusieurs constructions datées de plusieurs siècles.

Pont génois d'asco, Corse.
Pont génois d'Asco, classé Monument Historique. Photo © Jon Ingall - Dreamstime © Jon Ingall sur Dreamstime.com

Etape 4 : La forêt de pins de Carozzica

La prochaine étape de la vallée de l’Asco est la forêt de Carozzica. A l’entrée se trouve la Maison du Mouflon, dans laquelle vous saurez tout sur ce symbole de l’île de Beauté. Carozzica est la forêt est la plus montagneuse et sauvage des Gorges de l’Asco.

Si vous aimez grimper, vous trouverez dans la forêt de Carozzica le départ de la randonnée vers le Monte Cinto (point culminant de l’île avec 2706 mètres d’altitude). Le dénivelé est assez fort et de nombreux éboulis rendent la progression plus difficile encore.

Etape 5 : le Haut Asco

C’est parti pour attaquer la partie très montagneuse de la Vallée de l’Asco. Une fois que vous aurez traversé le plateau de Caldane, vous entamerez l’ascension du Haut Asco à 1450 mètres d’altitude.

Ne vous inquiétez pas si vous voyez planer au dessus de vos têtes des aigles royaux et des gypaëtes : le Haut Asco n’est pas dangereux, mais il héberge un refuge pour rapaces. Au sommet, vous rencontrerez aussi une autre espèce… les randonneurs du GR20. Le GR20, la grande randonnée Corse passe en effet par ce sommet pour contourner le Monte Cinto.

Le sommet du Monte Cinto. Photo Ceky sur Wikipedia.

Vous aurez aussi l’occasion d’observer de beaux panoramas sur le Mont Cinto, la Punta Minuta (2549 mètres d’altitude), la Muvrella (2148 mètres), le Capo Stranciacone (2151 mètres) et la Punta Gialba (2101 mètres).

Tout ça vaut bien une « petite » marche.

Mathieu

Photo en une : ID 70378942 © Jon Ingall | Dreamstime

Ange Pozzo di Borgo
Ange Pozzo di Borgo

Secrètement amoureux de Syracuse, originaire de l'Ile de Beauté, Ange a fondé plusieurs sites éditoriaux et e-commerce spécialisés dans les voyages et le patrimoine gastronomique méditerranéens.

1 commentaire
Le 5 février 2016 à 17:03

Je suis allée deux fois en CORSE avec des amis. Nous avons eu la chance d'avoir pu visiter cette belle Ile en voiture et surtout à pied, du Nord au Sud. J'ai cru rencontrer Dieu en montant vers CORTE, tellement cette vallée est magnifique. C'était (les deux fois) en MAI. Un ravissement! Je veux y retourner une fois encore voir les lacs et les piscines naturelles. Kénavo. Yolande (la Bretonne de GUINGAMP en Côtes d'Amor. Là, où il y a "En Avant de GUINGAMP)

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Porto Flavia en Sardaigne
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
Suivez-nous en Méditerranée