© Olga Soloviova
femme grecque bijoux antiques

5000 ans de joaillerie : la belle (et fascinante) histoire de la bijouterie grecque

Par Emilia 8 min. de lecture
5/5

Les bijoux mettent en valeur notre personnalité et nous ouvrent parfois même les portes des sentiments. C'est une valeur universelle qui résiste aux changements d'époques ; conçu à la main ou non, original et précieux, bien souvent au-delà des effets de mode... Le bijou - et tout ce qu'il représente - fait partie intégrante de l'histoire de la Grèce Antique, jusqu'à nos jours.

Laissez-moi vous raconter sa fascinante épopée, à travers ses créations les plus iconiques. Et vous verrez que l'Héritage grec est encore plus brillant que ce que l'on pense.

Au sommaire
  • Bijoux cycladiques et minoens (30ème -11ème siècle av. J.-C.)
  • Bijoux mycéniens (16ème-11ème siècle av. J.-C.)
  • Bijoux de la période "géométrique" (11ème-9ème siècle av. J.-C.)
  • Bijoux de la période grecque "archaïque" (8ème-5ème siècle av. J.-C.)
  • Bijoux de la période classique (5ème-4ème siècle av. J.-C.)
  • Bijoux hellénistiques (3ème-1er siècle av. J.-C.)
  • Bijoux d'influence Romaine (1er-3ème siècles de notre ère)
  • Bijoux d'influence Byzantine (4ème-15ème siècles)
  • Bijoux de la période post byzantine (16ème-19ème siècles)
  • Bijoux grecs modernes (20ème et 21ème siècles)

À l'origine, les bijoux grecs étaient plus simples que dans d'autres cultures, avec des designs épurés. Au fil du temps, les bijoux ont commencé à devenir plus complexes, avec une grande variété de motifs. En fait, comme l'ont montré les découvertes, les Grecs anciens sont devenus en quelques siècles des experts dans la création de bijoux en or majestueux, avec des pierres comme l'améthyste ou l'émeraude.

En Grèce, les bijoux témoignaient souvent de la richesse et du statut social de ceux qui les portaient ; mais ils n'étaient pas seulement le privilège des riches, car ils étaient portés par une grande partie de la population. Les femmes de la Grèce antique les portaient principalement lors de leurs apparitions publiques ou lors d'occasions spéciales.

Avec ces bijoux, les Grecs anciens aspiraient à se protéger du "mauvais œil" - connu aujourd'hui comme le mati - ou à acquérir des pouvoirs surnaturels. Parfois, les bijoux qu'ils portaient avaient un symbolisme religieux : certains très beaux bijoux qui ont été retrouvés étaient dédiés aux 12 Dieux de l'Olympe.

D'ailleurs, les boucles d'oreilles avec le Mercure ailé, les broches avec Aphrodite et son fils, Eros, et l'aigle de Zeus étaient des motifs de bijoux très populaires dans la Grèce Antique.

Bijoux cycladiques et minoens (30ème -11ème siècle av. J.-C.)

Bon nombre des compétences artistiques possédées par les Grecs anciens ou Mycéniens (1600-1100 av. J.-C.) ont été héritées des artisans de la civilisation minoenne. Cette civilisation a précédé Mycènes de plusieurs centaines d'années. Il en va de même avec la culture cycladique, développée par les peuples qui ont vécu en mer Égée à partir de 4000 av. J.C..

Les Minoens vivaient sur les îles méditerranéennes de Crète et de Thera (Santorin) et en Anatolie (Turquie) au cours de l'Age du Bronze précoce.

La civilisation minoenne possédait des techniques très avancées pour la fabrication de bijoux et d'ornements pour son époque © Jewelpedia.com
La civilisation minoenne possédait des techniques très avancées pour la fabrication de bijoux et d'ornements pour son époque

Dans les ruines des cités cycladiques et minoennes de Crète, les archéologues ont trouvé des vestiges en bronze, de techniques de fusion avancées. Ces premières compétences métallurgiques ont été mises à profit pour créer des bijoux, comme le pendentif en or "abeille minoenne" de la tombe de Mallion (Heraklion, Musée Archéologique de Crète). Les métallurgistes fabriquaient généralement des figurines d'animaux et d'adorateurs qui priaient.

Ils fabriquaient également des récipients en cuivre, des outils tels que des scies, des armes et des haches doubles. Leurs bijoux en or pouvaient aussi représenter des animaux et des plantes de leur environnement.

La double abeille est sûrement le bijou crétois de l'ère minoenne le plus connu © greekcultureellinikospolitismos.wordpress.com
La double abeille est sûrement le bijou crétois de l'ère minoenne le plus connu

Bijoux mycéniens (16ème-11ème siècle av. J.-C.)

Durant la civilisation mycénienne, la métallurgie (cuivre, argent, étain) s'épanouit dans les cités de la Grèce continentale, où se développe l'art de l'orfèvrerie et le traitement des pierres semi-précieuses. De nombreuses fouilles de tombes révèlent des ustensiles de la vie quotidienne en cuivre et en argent, comme des épées au décor orné, mais surtout une belle variété de bijoux en or.

La joaillerie mycénienne sublime encore plus les techniques apportées par la civilisation minoenne © Jewelpedia.com
La joaillerie mycénienne sublime encore plus les techniques apportées par la civilisation minoenne

Les bijoux mycéniens portés par les rois et la classe dirigeante étaient des symboles de pouvoir, réalisés avec des techniques variées. La plupart de ces bijoux sont forgés avec des décorations, comme des masques royaux en or, et combinent souvent d'autres matériaux comme l'argent, le cuivre, l'émail et les pierres semi-précieuses.

Les artisans grecs de l'époque créaient également des diadèmes et des bracelets en fine feuille d'or, des épingles de poitrine en argent ou en bronze, avec des têtes sphériques en cristal ou en ivoire, des ceintures lourdes souvent dotées d'éléments en argent, et des fermoirs en or pour retenir les cheveux des femmes.

Les colliers mycéniens, quant à eux, présentaient une variété de motifs animaux et végétaux tels que des palourdes ou des pieuvres, sur lesquels les orfèvres plaçaient des perles d'agate, d'améthyste ou d'autres pierres.

Bijoux de la période "géométrique" (11ème-9ème siècle av. J.-C.)

Après la fin du monde mycénien, dans les années dites "sombres", l'orfèvrerie ne montre pas la richesse et l'imagination des siècles précédents. La Grèce et la Méditerranée orientale traversent une période de raids et de réorganisations raciales, qui forment de nouveaux groupes ethno-sociaux. De cet âge sombre, dit également "géométrique", peu de bijoux ont survécu.

Une ère avec des bijoux plus géométriques et moins de fantaisies © greekcultureellinikospolitismos.wordpress.com
Une ère avec des bijoux plus géométriques et moins de fantaisies

Bijoux de la période grecque "archaïque" (8ème-5ème siècle av. J.-C.)

A partir du 8ème av. J.-C., les horizons grecs s'élargissent et de nouvelles sources d'or en provenance d'Asie centrale viennent enrichir la précieuse matière première. Des colonies grecques s'établissent dans la Mer Noire et en Asie centrale jusqu'à la Méditerranée occidentale et le commerce avec le Proche-Orient et la Phénicie reprend. Il est donc compréhensible que l'Orient ait influencé l'art grec.

Une fibule en bronze incrustée d'or datant de l'époque archaïque © greekcultureellinikospolitismos.wordpress.com
Une fibule en bronze incrustée d'or datant de l'époque archaïque

Figures mythiques, sphinx, monstres exotiques, chevaux ailés, plantes et animaux, vautours et lions ornent les bijoux grecs, avec une technique forgée. Dans le même temps, de grands et impressionnants bijoux, faits de fils fabriqués à la main, font leur apparition. Ces fils étaient tordus ensemble comme une tresse, et étaient souvent collés sur une plaque ou une feuille de métal.

Ensuite, des grenades, des boules, des chaînes, des feuillets faits main ou des pierres étaient ajoutés pour compléter sa construction.

Pour la première fois, la forme humaine et les scènes mythologiques font leur apparition sous une forme tridimensionnelle sur les bijoux. Mais le domaine de l'orfèvrerie en Grèce est confronté à des difficultés en raison des guerres perses.

Bijoux de la période classique (5ème-4ème siècle av. J.-C.)

Les guerres victorieuses ont apporté beaucoup d'or en Grèce et l'orfèvrerie a de nouveau prospéré. Une grande importance est alors accordée aux boucles d'oreilles et aux colliers, bijoux complexes avec de délicats éléments floraux, anthropomorphes ou divins.

la période classique est riche d'évolution dans la joaillerie grecque de plus en plus fine. © greekcultureellinikospolitismos.wordpress.com
La période classique est riche d'évolution dans la joaillerie grecque qui devient de plus en plus fine.

A la même époque, une grande modernité fait son apparition dans la morphologie des bijoux classiques. Les bracelets deviennent cylindriques, avec de grands anneaux creux, et des extrémités faites de têtes d'animaux (principalement des béliers), disposées en vis-à-vis. La forme du serpent, motif populaire, est également utilisée pour la première fois sur des bracelets et des anneaux.

Bijoux hellénistiques (3ème-1er siècle av. J.-C.)

La nouvelle ère qui s'ouvre est une période de prospérité importante. Les grands changements qui marquent la période hellénistique sont dus aux conquêtes d'Alexandre le Grand et aux contacts avec l'Orient et l'Égypte. Ces événements ne pouvaient laisser indifférente l'industrie de la joaillerie : on voit ainsi apparaître de nouveaux types de bijoux.

En cette période hellénistique de plus grande richesse, on commence à assembler l'or et d'autres pierres précieuses © greekcultureellinikospolitismos.wordpress.com
En cette période hellénistique d'une grande richesse, on commence à assembler l'or et d'autres pierres précieuses

La polychromie obtenue par l'utilisation de pierres précieuses, comme l'améthyste ou le granit, s'impose alors. Les découvertes de bijoux royaux macédoniens dans les tombes de Vergina ont révélé le plus haut niveau de connaissance de la technique des orfèvres. On est ébloui par la perfection des décorations gravées sur les bijoux en or ou les objets du quotidien de l'époque.

Un accent particulier est mis sur les alliages qui imitent l'or, comme le célèbre Cratère de Derveni, dont la couleur jaune intense provient de la forte teneur en alliage de cuivre dans l'étain. Ce vase incroyable est aujourd'hui présenté au Musée Archéologique de Thessalonique.

Bijoux d'influence Romaine (1er-3ème siècles de notre ère)

La conquête de la grèce par Rome n'a pas mis en péril la créativité des joaillier de l'époque dite Romaine © namuseum.gr
La conquête de la Grèce par Rome n'a pas mis en péril la créativité des joaillier de l'époque dite Romaine

La conquête de la Grèce par les Romains ne marque pas la fin de la civilisation grecque, car on sait que les Romains ont adopté la philosophie, les arts et les lettres grecs de manière profonde. Les techniques complexes reculent, tandis que la préférence pour les pierres précieuses et semi-précieuses s'accroît. Les perles font également leur apparition.

À l'époque romaine, pour la première fois, apparaissent des bijoux composés d'un petit élément central suspendu à une épaisse chaîne. Ce pendentif est constitué d'une pièce d'or sur laquelle figurent les empereurs romains.

Bijoux d'influence Byzantine (4ème-15ème siècles)

La joaillerie byzantine se caractérise par son austérité. Cette austérité était en partie due aux difficultés financières de l'Empire Romain, qui, en raison d'invasions barbares et de guerres constantes, était incapable d'approvisionner le marché en or et en pierres précieuses.

La bijouterie grecque à l'ère byzantine est fortement imprégnée par la religion monothéiste chrétienne © Jewelpedia.com
La bijouterie grecque à l'ère byzantine est fortement marquée par la religion monothéiste chrétienne

Avec l'occupation de Constantinople par les croisés francs, la plupart des œuvres d'art en argent ou en or de la reine sont détruites. D'autres prennent la direction de l'Occident, où elles ornent aujourd'hui les musées et les cathédrales d'Europe.

L'aristocratie byzantine portait des bijoux dans une abondance excessive d'or, de perles, de rubis et d'émail. Un motif caractéristique des boucles d'oreilles byzantines était la croix en relief encadrée par des paons et d'autres représentations religieuses du christianisme.

Bijoux de la période post byzantine (16ème-19ème siècles)

L'orfèvrerie grecque moderne se base non seulement sur des éléments endogènes, mais aussi sur des éléments empruntés à l'Occident et à l'Orient islamique. Sous la domination ottomane, la joaillerie se caractére par une source d'inspiration et d'originalité, même avec les matériaux bon marché - en raison de la pauvreté générale.

Ainsi, les bijoutiers grecs utilisent principalement du bronze et de l'argent, mélangés en grande quantité avec du cuivre, auxquels on ajoute de l'arsenic pour obtenir un peu de brillance, tout en les dorant... Quand les conditions le permettent.

Les bijoux de l'ère post byzantine rivalisent de créativité avec les matériaux disponibles et sont empreints d'une influence ottomane © jeweltimemag.com
Les bijoux de l'ère post byzantine rivalisent de créativité.

Les principaux bijoux de l'époque sont des pièces de monnaie accrochées au front, des bijoux de poitrine avec des chaînes et des croix qui ornent les seins des femmes. On voit aussi de lourdes boucles avec des décorations florales complexes, ou des bracelets avec des chaînes, qui arrivent souvent jusqu'aux coudes. Les ceintures ont également un caractère symbolique, servant de marque sociale distinctive.

Bijoux grecs modernes (20ème et 21ème siècles)

De nos jours, dans plus de 2500 ateliers grecs, chez des particuliers et des détaillants locaux, des bijoux semblables à ceux des Grecs anciens sont conçus et produits, sur la base des découvertes archéologiques. L'effort pour faire revivre le style classique dans les bijoux modernes a donné naissance à une large collection de colliers, boucles d'oreilles, bracelets, chaînes et bagues.

Tous sont ornés de motifs floraux archétypaux - feuilles et olives dorées, rosaces, hymnes, spirales - de symboles tels que des nœuds et des méandres, de représentations d'animaux avec des têtes de béliers, de lions, de cerfs, de dauphins corsés, de coquillages de la mer grecque, de timbres de pièces de monnaie anciennes ou d'autres décorations typiques, inspirées de la nature elle-même...

Ces bijoux peuvent être portés par des femmes, des hommes ou des enfants. Ils sont faits d'or, d'argent ou d'autres métaux et de pierres précieuses, souvent fabriqués à la main selon des méthodes traditionnelles ou modernes.

Si vous vous promenez dans les lieux touristiques de la Grèce, comme le centre d'Athènes ou ses magnifiques îles, vous tomberez sûrement sur des boutiques produisant et vendant des bijoux grecs. Alors ne manquez pas l'occasion de vous offrir un de ces bijoux uniques et intemporels.

Qu'avez-vous pensé de cet article ?
Emilia Brachou

Fille d'Athènes, diplômée d'un Master en Digital Media et engagée dans le domaine social, Emilia occupe une partie de son temps libre à écrire, voyager, s'évader en musique... En se laissant inspirer par les gens, les endroits et les trésors culinaires des pays qu'elle traverse.

Instagram
Commenter cet article*
Noter cet article* Si vous avez précédemment commenté et noté cet article, seule votre dernière note sera prise en compte.

Tous les trésors de la Méditerranée dans une newsletter.

Chaque mois, nous vous enverrons un condensé de nos plus belles découvertes par email. Gratuitement.

Le port de Limeni dans le Magne, Grèce. Église San Michele de Murato, Corse. Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.

Suivez-nous en Méditerranée

Cookies et confidentialité

Notre site utilise des cookies. Les cookies sont des petits fichiers déposés par votre navigateur internet, permettant de stocker des informations relatives à votre navigation sur un site internet.

Ces informations nous permettent de mesurer notre audience, entretenir la relation avec vous et vous adresser de temps à autre du contenu qualitif ainsi que de la publicité.

Vous pouvez sélectionner ici ceux que vous autorisez à rester ici. Vous pouvez aussi continuer sans accepter.

Votre choix sera enregistré pour une durée de 13 mois.

Accepter les cookies publicitaires
Accepter les cookies analytics sociaux