des personnes agées dans un village en grèce

L’autre Grèce : un voyage à la découverte de 5 siècles d’influence ottomane

7 minutes de lecture 347 vues

La Grèce ne se résume pas à ses plages, ses îles et son Parthénon. Elle a également une histoire récente et riche sous la domination ottomane pendant près de cinq siècles. La vie dans l'Empire ottoman n'a pas toujours été facile pour les Grecs, mais elle a laissé des traces dans le pays. 

Et l'héritage ottoman est encore évident aujourd'hui où que vous alliez en Grèce. Cet article en est la preuve. Vous apprendrez d'abord quelques faits sur la domination ottomane et la guerre d'indépendance. Avec ce contexte en tête, vous découvrirez ensuite les influences ottomanes sur la vie grecque d'aujourd'hui.

La domination ottomane en Grèce

Sous l'Empire Byzantin, les grecs comptaient parmi les peuples les plus influents de Méditerranée. Mais au 15e siècle, Byzance était en déclin. Les Turcs s'étaient déjà emparés de l'Orient tandis que de nombreuses régions de la Grèce étaient sous domination vénitienne ou franque. 

Comme tout peuple confronté à la défaite, les grecs devaient en payer le prix. Et ils l'ont fait. En 1453, le centre de la culture grecque et la capitale de l'Empire Byzantin, Constantinople (aujourd'hui Istanbul), tombe aux mains des Turcs. S'ensuivirent 4 siècles de domination ottomane. 

La vie sous la domination ottomane a rapidement changé pour les grecs. Après avoir fait partie de l'aristocratie, ils se sont retrouvés dans les couches inférieures de la société, comme toute communauté non musulmane. Heureusement, les ottomans ont accordé aux grecs une certaine autonomie en échange de leur obéissance.

jeunes grecs convertis par les ottomans
Peinture représentant des jeunes grecs convertis à l'Islam. © Jean Léon Gérôme

Notez que pour les ottomans, l'ethnicité n'était pas aussi importante que la religion. Ainsi, ils considéraient les serbes et les grecs comme identiques, simplement parce que tous deux étaient chrétiens. Ils ont nommé le patriarche œcuménique de Constantinople pour être leur chef et garantir l'obéissance au sultan. Comme la plupart des chrétiens étaient grecs, le patriarche était également grec. 

L'obéissance au sultan signifiait deux choses principales : les impôts et l'enrôlement militaire. Pourtant, comme les grecs n'étaient pas musulmans, il y avait une discrimination qui les éloignait de la politique et de la culture. D'un autre côté, cette situation a permis à la langue et aux traditions grecques de rester vivantes, maintenant l'identité nationale avec seulement quelques influences et contraintes des ottomans. 

La Guerre d'Indépendance grecque

L'esprit et l'identité grecs sont restés vivants, tout comme le désir d'indépendance. Pendant des années, une rébellion contre un Empire en pleine expansion était impensable ou se soldait par un échec immédiat. Pourtant, les choses ont changé au 19ème siècle avec le déclin du pouvoir ottoman et la montée des mouvements nationalistes dans le monde entier. 

Le rêve de liberté politique a lentement pris la forme d'une résistance, jusqu'en 1821, lorsque la Guerre d'Indépendance a finalement commencé. Commencent alors 8 années de batailles, de privations, de trahisons et même de guerres civiles. Malgré le zèle et les sacrifices du peuple grec, ce sont les grandes puissances que sont la France, la Russie et le Royaume-Uni qui ont mis fin à la guerre.

tableau guerre indépendance grecque
Les grecs se soulèvent contre les ottomans. © Domaine public.

Plusieurs raisons ont conduit à ce revirement soudain des Grandes Puissances. La détermination des grecs et le soutien de personnalités étrangères ont certainement joué un rôle. Cependant, une fois que les Grandes Puissances ont décidé qu'un État grec pourrait leur être bénéfique en tant que pôle de stabilité dans la région, ce n'était qu'une question de temps avant que le rêve d'indépendance ne devienne réalité.

La bataille navale de Navarin, en 1827, entre les Grandes Puissances et l'Empire ottoman a marqué la naissance du nouvel État grec deux ans plus tard. Le nouveau pays comprenait le Péloponnèse, la Sterea et les îles Cyclades, mais il a ensuite pris la forme que vous connaissez aujourd'hui. 

L'influence ottomane dans la civilisation grecque

Bien qu'étant un État indépendant, la Grèce est restée trop longtemps sous la domination ottomane pour ne pas être "affectée" durablement. Cette influence ottomane se retrouve aujourd'hui dans presque tous les domaines de la vie en Grèce. Qu'il s'agisse de la nourriture, de l'architecture, de la musique, ou même de la langue et de la culture.

Dans l'Alimentation

De tous les aspects de la vie que les Ottomans ont influencés, c'est la cuisine grecque qui a eu le plus d'impact. Il n'y a pas un seul endroit où vous pouvez être dans le pays sans voir un plat turc masqué sous un nom grec. Bien sûr, comme pour les chansons ou les danses, lorsqu'une recette voyage d'un endroit à l'autre, elle est modelée et prend un caractère différent.

Si chaque lieu peut ajouter sa propre saveur au plat, les origines restent les mêmes. Quelle que soit la région de Grèce où vous vous rendez, vous trouverez différentes versions de la moussaka, un plat de viande à base d'aubergine importé en Grèce du Moyen-Orient pendant la domination ottomane. 

Et puis, il y a beaucoup d'autres plats populaires qui trouvent leur origine dans les années ottomanes. Pensez aux plats à base de plantes comme la Papoutsakia et les Dolmades ou aux spécialités de viande comme le Kokoretsi. Même le plat national Fasolada vient des Ottomans, et vous pouvez encore le trouver en Grèce ou en Turquie sous le nom de Kuru Fasulye.

plat grec papoutsakia
La papoutsakia est un plat grec d'influence orientale. © Kurylo54

Et ce n'est que la partie émergée de l'iceberg. La délicieuse Choriatiki Salata que vous pouvez commander dans n'importe quelle taverne grecque s'appelle Coban Salatasi en Turquie. Les sucreries grecques comme le Baklava et le Kataifi sont ottomanes. Même le célèbre café grec est d'origine turque. Idem pour l'Ouzo ou le Raki. 

Parfois, vous pouvez vous demander si votre repas dans une taverne traditionnelle en Grèce est réellement ottoman. Il l'est. Et il ne l'est pas en même temps. 400 ans de coexistence signifient bien plus qu'une simple relation entre un souverain et un serviteur. 

En Architecture

Il n'est pas nécessaire de se rendre dans un restaurant pour constater l'influence ottomane sur la Grèce d'aujourd'hui. Vous pouvez également la remarquer en vous promenant dans de nombreux centres-villes du pays. Bien que les ottomans aient préféré utiliser des bâtiments existants pour abriter leurs centres de pouvoir, ils ont tout de même laissé leur empreinte sur l'architecture grecque.

L'impact le plus remarquable s'est produit dans le nord de la Grèce, qui est resté sous la domination ottomane pendant près d'un siècle après la guerre d'indépendance. Avec les réformes du XIXe siècle visant à moderniser l'Empire ottoman, plusieurs nouveaux bâtiments à l'architecture ottomane sont apparus en Grèce du Nord.

façade de l'église d'hagios demetrios à thessalonique
Face à l'église d'Hagios Demetrios au coeur de Thessalonique. © Saiko3p

À cette époque, les ottomans ont même autorisé leurs sujets à construire de nouveaux centres de culte. Par conséquent, les grecs ont construit de nouvelles églises ou ont rénové et agrandi les anciennes. La plupart de ces nouvelles constructions suivaient le même éclectisme que celui qui prévalait dans le reste de l'architecture ottomane du 19ème siècle. 

Prenez par exemple la ville de Thessalonique, la maison d'enfance de Mustafa Kemal Ataturk, père de la République de Turquie. L'église de Saint Dimitri, considérée comme le protecteur de la ville, a fait l'objet de rénovations importantes au cours de ces années. Après tout, les ottomans l'avaient déjà utilisée comme mosquée depuis 1493.

Dans la Musique

Outre la nourriture et l'architecture, la musique grecque porte également quelques signes de l'influence ottomane. Le bouzouki grec n'est pas différent du baglama turc. Et il en va de même pour la lyre pontique ou le kemenche. Ou encore le style de danse du Zeibekiko (Zeybek), qui est une danse solo masculine censée être réservée aux hommes aguerris. 

Deux hommes grecs jouent du bouzouki
Des grands-pères grecs jouent du bouzouki. © Michael Guerrini sur Dreamstime.com

Pour comprendre comment ces instruments et ces danses, essentiellement ottomans, se sont retrouvés en Grèce, il faut revenir un siècle en arrière. En 1919, une guerre sanglante a éclaté entre les grecs et les turcs, qui ont finalement gagné en 1922. 

Avec l'accord des deux gouvernements, un échange colossal de population s'est produit entre les deux peuples. Les grecs d'Istanbul et d'Asie Mineure ont quitté de force la Turquie et sont venus en Grèce. Il en va de même pour les Turcs. Au milieu de la crise migratoire, la musique grecque s'est épanouie car les réfugiés ont apporté la musique et les instruments qu'ils connaissaient pour avoir coexisté avec les turcs pendant des siècles. 

Cette crise des réfugiés a également signifié la naissance de la musique "Rebetika", un genre musical populaire qui se joue encore aujourd'hui. Chaque chanson est d'abord mélancolique, reflétant ce que les réfugiés grecs ont ressenti lorsqu'ils ont été forcés de quitter leur maison. Cependant, alors qu'ils se dirigeaient vers leur maison ancestrale, ils espéraient que les choses s'amélioreraient. Et cet espoir est ancré dans les chansons.

Dans la Culture plus largement

L'influence ottomane est souvent plus subtile que vous ne pouvez l'imaginer. Bien que vous puissiez goûter la nourriture, admirer l'architecture ou écouter la musique, vous ne pouvez pas facilement décomposer le comportement humain. Et il est encore plus difficile de faire des déclarations générales sur les caractéristiques communes ou les différences entre deux peuples. 

Pourtant, certains traits de personnalité et certaines attitudes sont communs aux grecs et aux turcs. Après tout, ils ont vécu ensemble pendant près d'un demi-millénaire. Bien que de nombreux grecs et turcs se ressemblent aux yeux des étrangers, il ne s'agit pas de génétique. C'est une question de style de vie.

Un vieux grec assis, jouant avec son Komboloï aux abords d'un café
Un vieux grec assis, jouant avec son Komboloï aux abords d'un café. © Jekaterina Voronina

Prenez l'hospitalité, par exemple. Les ottomans louaient l'hospitalité, tout comme les grecs pendant des siècles avant eux. Et ce n'est pas le seul trait qu'ils partagent ; la famille fait également partie des choses les plus sacrées de la vie pour les deux. Ils partagent même de nombreuses coutumes culturelles, comme les superstitions ou l'utilisation du komboloi

Comme si cela ne suffisait pas, la langue grecque a également emprunté de nombreux mots aux ottomans, comme "bakalis", qui se traduit par "épicier". Cependant, rien n'est plus apparent que le langage corporel. L'usage excessif des gestes de la main par les ottomans a également fait son chemin chez les grecs. Et elle est encore répandue aujourd'hui. 

En somme, la Grèce, dont les origines remontent à l'Antiquité, porte également les marques de la domination ottomane. Il suffit de prêter attention pour le voir. Bienvenue dans l'autre Grèce ! Tout aussi belle, majestueuse et digne d'être explorée.

Dimitrios Tsevremes
Dimitrios Tsevremes

Voyageur dans l'âme, passionné de randonnée et habitant de Thassos, une petite île au nord de la Grèce, Dimitrios a vécu quelques années en Espagne et en Italie. Il se spécialise dans l'écriture pour le Web.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Grèce

fleuve de l'alcantara
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée