Artisanat de l'oeil bleu sous différentes formes : colliers, porte-clés...

Aux sources du « mati » (ou « evil eye »), symbole indissociable de l’imagerie grecque

3 minutes de lecture 55 vues

En sillonnant les rues et ruelles des villes et villages de Grèce, vous ne pourrez pas manquer de croiser le regard bienveillant et protecteur du mati (ou matiasma). Cet œil bleu indissociable de la culture grecque se retrouve dans d'innombrables magasins artisanaux déclinés en bijoux de bien des façons mais aussi dans les maisons, les voitures et tout ce qui compose le quotidien des Grecs.

Mais d'où vient le mati ? Quelle est sa signification ? Pourquoi est-il tant porté et offert ?  

Le mati, le talisman "œil pour œil" 

Le mati est ce grand œil bleu à la forme et à la couleur si caractéristiques, un œil au bleu dense et à l'iris grand ouvert. Dans sa représentation la plus classique, le mati ressemble à un galet bleu mer tour rond à l'intérieur duquel se trouvent trois cercles concentriques de couleur blanc, bleu ciel et bleu-noir. La simplicité des formes et des couleurs n'empêche pas pour autant de comprendre immédiatement qu'il représente un œil grand ouvert.

Mais il ne s'agit pas de n'importe quel œil, puisque le mati pose un regard bienveillant et surtout protecteur sur la personne qui le porte ou qui le garde près d'elle dans son quotidien. 

L'oeil bleu, le mati accroché à un arbre pour éloigner les mauvais esprit
L'oeil bleu, le "mati" accroché à un arbre pour éloigner les mauvais esprit © Aliaksandr Mazurkevich

Car avec le mati, le dicton "œil pour œil" prend tout son sens puisqu'il puise son origine dans la croyance populaire grecque (et plus largement méditerranéenne) du mauvais œil, à savoir un mauvais sort jeté à l'encontre de quelqu'un, une malédiction prononcée contre une personne en particulier. Une personne envieuse ou en grief contre une autre peut trouver vengeance en prononçant une malédiction à son encontre, lui souhaitant malheur et malédiction.   

Dans le bassin méditerranéen et donc en Grèce également, les origines du mauvais œil - ou "vaskania" en grec - remontent au temps de l'Antiquité. Les Grecs anciens y croyaient, à l'instar d'Aristote.  

Des siècles plus tard, la croyance est toujours vivace, surtout à l'époque de la toute puissance de l'Empire ottoman en Méditerranée, soit aux alentours du 13ème siècle. C'est en effet durant cette période que la croyance du mauvais œil se popularise et se développe dans toute la région.  

Alors pour contrer le mauvais œil, pour conjurer le sort, repousser le mal, éloigner la malchance voire la malédiction, un talisman a été créé : le mati. Il est porté de manière préventive, en pendentif, en collier, en bague ou bien il est accroché au dessus des portes d'entrée des maisons, suspendu au rétroviseur d'une voiture.

Si ce talisman venait à se briser en tombant au sol, cela signifie qu'il a accompli sa tâche, à savoir repousser le mauvais œil qu'une personne aurait jeté sur son porteur. Il est alors immédiatement remplacé par un nouveau mati. 

Le mati est encore très présent dans la Grèce actuelle. Les anciennes générations mais également les nouvelles croient toujours autant en ses bienfaits, comme elles redoutent encore le mauvais œil. 

La Grèce et le mati, une histoire séculaire, un art à part entière 

Si le mati a été vraisemblablement créé par les artisans verriers turcs durant l'époque de l'Empire ottoman, ce sont bien les Grecs qui ont fait perdurer son existence et qui ont même perfectionné son style.

Plusieurs historiens pensent en effet que l'œil bleu grec doit sa forme actuelle au travail d'artisans verriers réfugiés dans le célèbre quartier d'Athènes de la Plaka. En pleine guerre d'indépendance contre l'Empire ottoman au 19ème siècle, le mati a été créé pour protéger son porteur lors de cette période trouble.   

Un mati accroché au pas de la porte pour conjurer les mauvais sorts et porter bonheur au foyer
Un mati accroché au pas de la porte pour conjurer les mauvais sorts et porter bonheur au foyer © Somjring Chuankul

Mais sa représentation actuelle, telle qu'on la connaît, est à rapprocher des pêcheurs grecs, les premiers talismans rudimentaires ayant été portés autour du cou à l'aide d'un fil de pêche.

Face à la popularité grandissante de l'œil bleu dans la population grecque, des créateurs d'artisanat ont repris l'imagerie du mati pour la décliner en d'innombrables bijoux : colliers, pendentifs, boucles d'oreille, bagues, bracelets... Le mati se porte de bien des façons, même brodés sur des sacs et des vêtements de toute sorte, des objets déco et de la vie de tous les jours. 

Bijou de l'artisanat grec avec un oeil bleu mati
Bijoux de l'artisanat grec avec un oeil bleu "mati" © Photostella

L'esthétique et la signification positive du mati, son cachet historique, ethnique et authentique sont autant de valeurs fortes qui continuent d'en faire un symbole indissociable de la culture grecque. A tel point que de nombreux créateurs de mode l'ont mis sur les devants de la scène internationale, lors d'événements culturels majeurs.    

Le mati, œil bleu protecteur, relève ainsi à la fois du sacré, du mystique et du mythique tout en ayant progressivement évolué vers un des symboles inséparables de la culture grecque d'aujourd'hui.

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Grèce

fleuve de l'alcantara
Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée