Il y a 10 000 ans apparaissait l’olivier : la culture de l’olive au fil des civilisations

3 minutes de lecture 20 vues

L’olive est un fruit mythique à plus d’un titre, qui puise ses origines dans la zone méditerranéenne depuis plusieurs milliers d’années. On retrouve même des traces de la culture de ce fruit légendaire à l’ère néolithique en Asie mineure. Retour aux origines de l’olive.

L’olive, un fruit cultivé depuis des millénaires

L’olive est un fruit légendaire, un fruit millénaire dont les premières traces remontent à l’ère néolithique, soit près de 8 000 avant J-C. Les fouilles archéologiques et paléobotaniques menées dans différentes zones méditerranéennes ont permis de démontrer que l’olivier était cultivé et planté en nombre dans toute l’Asie mineure.

Arbre mythique et mystique, l’olivier est présent dans de nombreux écrits religieux, la Bible arguant même que "oleum primum arborum", ce qui signifie littéralement "l’olivier est le premier des arbres". Cette présence relatée de l’olivier dans toute la zone méditerranéenne remonte en fait à l’époque de la préhistoire.

Le plus vieil olivier connu au monde, à Vouves, en Crête. Photo Eric Nagle sur Wikipedia.

Reste que la culture de l’olive a pris une véritable envolée depuis 6 000 ans. Toutes les grandes sociétés méditerranéennes l’ont utilisé – et continuent de le faire - comme un ingrédient de base de la cuisine mais aussi de l’hygiène corporelle.

Les recherches menées sur son origine ont fait émerger le fait que l’olive sauvage est apparue après de nombreuses tentatives, les Perses de même que les Phéniciens s’y étant attelés en premier. La Perse et la Phénicie correspondant à l’actuelle Syrie et au Liban.

Mais toutes les grandes civilisations de la Méditerranée ont joué un rôle majeur dans le développement de l’olivier et dans son introduction partout dans le monde, à savoir :

  • les Égyptiens
  • les Phéniciens, qui ont fait venir l’olive sur la péninsule ibérique, à Cordoba plus précisément
  • les Crétois
  • les Grecs
  • les Romains
  • les Carthaginois

L’intensification de la présence de l’olive partout dans le monde

Si les origines de l’olive remontent bel et bien à plus de 6 000 ans avant notre ère au Liban et en Syrie, c’est à la fois en Égypte et dans la Rome antique que la demande grandissante a intensifié son développement partout dans le monde.

Les Égyptiens en étaient en effet de grands consommateurs, et ce dès la période des Pharaons. A cette époque, l’huile d’olive était particulièrement utilisée pour les rites funéraires. Mais ne possédant pas d’oliviers, les Égyptiens la faisaient venir en grandes quantités directement depuis la Crête avant que la Phénicie - soit l’actuel Liban – se mette à en planter dans tout le pays. Cette deuxième vague dans le développement de l’olive remonte plus précisément au XVIième siècle avant notre ère. C’est donc à cette période que l’olive a pris son envol dans tout le bassin méditerranéen.

Un bateau de commerce dans l'Egypte antique.

Aux côtés de l’Égypte, la Rome antique a également joué un rôle prépondérant dans le développement de la culture de l’olivier. L’huile d’olive était alors considérée comme un élixir divin tant pour la cuisine que pour les soins corporels et les bains.

Rome a importé des quantités colossales d’huile d’olive en provenance de ses nombreuses colonies afin de répondre à la demande florissante de ses citoyens. Les pays colonisés ont aussitôt compris que tant qu’ils pouvaient satisfaire les besoins de Rome, la prospérité perdurerait et que les armes se tairaient. Il n’est alors pas surprenant que l’olivier soit le symbole de la paix.

Au fil des siècles, l’olive a pris une place sans cesse plus importante dans tous les grands pays de la Méditerranée, mais aussi de l’autre côté de l’Atlantique.

Au 6e siècle avant J-C, les premiers colons phocéens se lancent dans son commerce à grande échelle. Phocée étant une ancienne cité grecque située sur la côte de la mer Égée. Ils créent un comptoir commercial dans une ville qui deviendra plus tard connue sous le nom de Massilia, soit Marseille. Les habitants de la région de même que ceux du Narbonnais sont alors initiés à sa culture, à sa taille, à son exploitation.

Dans le « nouveau monde », en Amérique, ce sont les Conquistadors partis de la péninsule ibérique qui ont introduit l’olive au Mexique, au Pérou, au Chili mais aussi au Brésil, dans les Caraïbes et même en Californie. Autant de zones dans lesquelles le climat se prête à la culture de l’olivier.

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
Porto Flavia en Sardaigne
fleuve de l'alcantara
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée