Maison méditerranéenne avec olivier

5 choses à savoir sur la culture de l’olivier

3 minutes de lecture 31 vues

L’olivier est un arbre emblématique, symbolique, et sa culture est riche en tradition. Il a toujours représenté la force, la sagesse, la paix, la fidélité, l’abondance, l’espérance, la richesse. Car lui-même est ainsi : fort, sage, riche, avec une longue espérance de vie devant lui. Il est et représente aussi le point de départ de l’or liquide. C’est sa victoire, son abondance et sa richesse.

La culture de l’olivier a débuté il y a des millénaires dans la région du Croissant Fertile. Progressivement, elle s’est exportée dans tout le bassin méditerranéen. Car il en est un, de Méditerranéen : il a un vrai tempérament de sudiste, et sa culture et ses besoins le traduisent parfaitement. 

1. L'olivier demande peu de soin 

Columelle, un agronome romain, disait déjà au 1er siècle de notre ère que l’olivier était facile à cultiver. Il est même un des plus faciles, car il demande peu de soin, et occasionne peu de dépenses.

Tout comme la taille : pas besoin de l’élaguer régulièrement, une simple taille douce au printemps (pour supprimer les branches inesthétiques) lui permettra de repartir de plus belle. Son feuillage se veut persistant, et résiste ainsi d’une année à l’autre. 

Il peut tomber malade et avoir du mal à lutter contre certains parasites néanmoins. D’ailleurs, les lapins sont très gourmands et friands de l’écorce d’olivier : une blessure à ses pieds pourrait être la porte d’entrée à toute maladie et/ou parasite ; alors pensez à le protéger... Du moins, lors de ses premières années. Car ensuite, avec le temps, l’olivier gagne en résistance. Mature, plus vieux, il se veut robuste et fort. Il résiste bien mieux aux maladies. 

2. L'olivier n'est pas rancunier 

Que vous lui apportiez de l’attention ou non, ou que vous négligiez sa culture, sa croissance, ses besoins : l’olivier ne vous en voudra pas, il n’est pas rancunier. Il continuera à produire des fruits. Cependant, pas avant 10 ou 15 ans. L’olivier ne produit des fruits qu’à partir de sa 10ème année. Oui, avec lui, il faut savoir être patient.

olives vertes sur des branches d'olivier
L'olivier ne donnera des fruits qu'après 10 ans de bons soins. © Jelena Katavic sur Dreamstime.com

3. L'olivier demande très peu d’eau 

Il peut vivre sur un terrain rocailleux, caillouteux, sec, pauvre. C’est son élément. Il apprécie aussi les sols profonds, bien drainés, où l’eau ne peut pas stagner. Il a de faibles exigences en eau, et apprécie fortement les régions à faible pluviométrie comme dans le bassin méditerranéen dont il est originaire. 

Il aime la terre sèche et rocailleuse Provençale, ainsi que celle de Corse, Grèce, Italie, Espagne, et de manière plus exotique la terre d’Australie, d’Afrique du Nord ou encore de Nouvelle-Zélande.  

Le seul moment où il aura besoin d’eau, c’est au cours de sa jeunesse afin de développer un bon système racinaire. Pour mieux prendre racine dans ses terres. 

4. L'olivier a surtout besoin de lumière, de soleil, de chaleur 

Il aime vivre sur les terrains secs, oui, et lumineux, ensoleillés, chauds. Une exposition au soleil, à la chaleur, est indispensable. Idéalement, en plein sud, face à sa terre d’origine. 

olivier centenaire au pont du gard
Un olivier centenaire veille sur le Pont du Gard. © Maison Pozzo di Borgo

Il est résistant et son tronc semble l’être tout autant. Aussi, il vient du bassin méditerranéen où c’est chose commune… Pour autant, il n’aime pas vraiment le vent ! S’il peut être placé à l’abri, il appréciera davantage. Encore plus à l’abri des vents violents comme le Mistral ou la Tramontane. 

5. L'olivier n’aime pas le froid - ni le gel 

En bon sudiste, il aura du mal à survivre à des températures inférieures à -10°C. Certaines variétés comme le Cipressino, l’Aglandalou ou le Grossane sont réputées pour mieux résister au froid. Mais l’olivier est un vrai méditerranéen : il préfèrera toujours le soleil et le chaud, à l’humidité et au froid. 

A l’automne et en hiver, il est conseillé de le protéger d’un voile d’hivernage car il n’apprécie pas le gel. Dans les régions de grands froids, autant le mettre en pot pour le rentrer si vraiment les températures ne lui correspondent pas. Idéalement, dans une pièce fraîche, sèche et lumineuse. 

Une dernière chose : avec l’olivier, la devise "lentement mais sûrement" prend tout son sens. Il a une croissance lente, mais si vous prenez en compte ses besoins, lui apportez chaleur, soleil et bon environnement, alors il pourrait bien vivre de 2 à 3 millénaires.

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
fleuve de l'alcantara
Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée