les baux de provence

Flâneries envoûtantes aux Baux de Provence et aux Carrières de Lumières

5 minutes de lecture 21 vues

Bienvenue aux Baux-de-Provence, village qui surplombe la vallée du même nom, un entrelacs de ruelles aux pierres anciennes et de façades plus modernes de boutiques touristiques, au cœur du Parc Naturel Régional des Alpilles. Classé parmi les plus beaux villages de France, en 1998, d’où vient le charme des Baux ? C'est une après-midi de juin que nous avons décidé de le découvrir.

Toutes les ruelles des Baux mènent au château 

Les Baux-de-Provence est le point central des Alpilles, presque le point central de la Provence. Son vieux village, son ancien château fortifié, la vue qui surplombe la vallée et son environnement, fait de pierres blanches et d’herbes de Provence, en font une destination phare et très visitée en été.

Difficile d’ailleurs de se balader librement dans les petites ruelles qui forment son centre-ville, si l’on peut dire, ou plutôt centre touristique. Non seulement parce que les pierres pavées n’aident pas toujours à marcher avec grâce et aisance mais aussi parce que le village est bien souvent rempli de visiteurs. Il est aujourd’hui d’ailleurs plus un lieu touristique qu’un lieu de vie. 

coucher de soleil sur les baux de provence
Flâner dans les ruelles des Baux de Provence à la tombée du jour. © Maison Pozzo di Borgo
ruelles des baux de provence
Dans l'entrelac des ruelles des Baux de Provence. © Maison Pozzo di Borgo

Pour autant, il y a quelque chose là-bas qui donne envie d’y retourner. Les boutiques de souvenirs et autres restaurants touristiques peuvent dissuader de s’y aventurer… Encore moins plus d’une fois. Mais le côté pittoresque du village, ses ruelles cabossées, ses pierres froides donnent envie de s’y perdre. Rentrer dans les vieilles bâtisses, découvrir de nouveaux points de vue vers la vallée, toucher les vieilles pierres… et se dire qu’elles n’ont pas bougé depuis le Moyen-âge. 

Et puis finalement, beaucoup de visiteurs se baladent dans ses ruelles ombragées la journée puis terminent leur expédition par un verre en terrasse de Maussane-les-Alpilles, village plus tranquille, à moins de 10 minutes en voiture.

Le château des Baux-de-Provence 

Les rues étroites et un peu raides, il faut le dire, mènent toutes vers le château situé sur une barre rocheuse des Alpilles, une falaise vertigineuse. D’ailleurs, cette position à la fois perché sur sa falaise et retranché, permettait aux habitants du château de se sentir protégés et de pouvoir jeter un œil sur les environs. 

Cela dit, ne vous attendez pas aujourd’hui à voir ou visiter un château… La ville et les remparts sont tombés en 1632. Aujourd’hui il ne reste que des pierres, des vestiges (quelques donjons ainsi qu’une ancienne chapelle) mais surtout, une ambiance qu’il est toujours agréable de visiter et ressentir.

entrée du château des baux de provence
Sous les remparts en ruines, un chemin qui surplombe la vallée des Baux. © Maison Pozzo di Borgo

Et si les murs quasi inexistants de cet ancien château ne vous permettent pas de vous projeter, le point de vue que le lieu vous permet d’avoir sur la vallée des Baux, lui, vaut le détour, la balade et les 10 € de frais pour “entrer dans le château” (10 € d’avril à septembre, et 8 € pour la saison basse). Lors de journées dégagées, vous pouvez voir la montagne de la Sainte-Victoire, Aix en Provence voire Marseille d’un côté, Arles, sa Camargue et la mer Méditerranée de l’autre. 

Les autres bâtiments à visiter 

Finalement, une balade aux Baux-de-Provence, c’est aussi et surtout la découverte de vieilles bâtisses, de chapelles, d’hôtels particuliers. Parmi les incontournables, si vous souhaitez vous y promener, je citerai la Porte Eyguières, le seul accès au village jusqu’en 1866, la chapelle des Pénitents Blancs, postée en bordure de falaise, l’église Saint-Vincent, le Pavillon de la Reine Jeanne…  

chapelle des pénitents blancs aux baux de provence
La lueur du couchant teinte la façade de la chapelle des pénitents blancs. © Maison Pozzo di Borgo

Savez-vous pourquoi on les appelle les Baux ? 

Je me suis toujours demandée pourquoi on les appelait les Baux, même si l’écriture diffère de la beauté, je trouvais cela curieux. Le nom des Baux, “Bau” en provençal, signifie en fait “lieu escarpé” comme les falaises qui entourent le village et définissent son environnement et paysage.

Le plus amusant est que ce nom a ensuite donné naissance au Bauxite, minerai qui permettait la production d’aluminium, ayant d’abord été trouvé dans la région des Alpilles. La pierre porte le nom du village, et non l’inverse.

Détour par les Carrières de Lumières 

Au-delà du château, il y a une autre chose à absolument visiter dans la région des Baux-de-Provence. Un endroit d’ailleurs que vous pouvez visiter plusieurs années de suite et à chaque fois découvrir quelque chose de nouveau… Les Carrières de Lumières, anciennement appelée cathédrale d’images, est un lieu unique, majestueux et très froid. Il peut faire dans cette ancienne carrière entre 14°C et 16°C, ce qui peut être déroutant en été, lorsqu’il fait 35°C dehors… 

A la sortie des Baux, suivez la route de Maillane, regardez autour de vous et guettez cette falaise immense et creusée (sur votre droite). L’ancienne carrière n’est plus, elle a été fermée en 1935. A la place, vous trouverez un lieu de projections sonores et visuelles qui existe depuis 2012.

Chaque année, la cathédrale d’images projette sur ces parois de pierres calcaires (pierre des Baux aussi appelée “pierre du midi”), d’un blanc immaculé, les œuvres d’un ou plusieurs artistes peintres dans un spectacle de son et lumière. Culturespaces, en charge du lieu, a développé ce concept unique et à l’époque novateur nommé AMIEX® pour "Art & Music Immersive Experience".

exposition japon aux carrières de lumières
Le Japon s'exposait il y a quelques années aux Carrières de Lumières. © Culturespaces
exposition cézanne aux carrières de lumières
L'expérience Cézanne aux Carrières de Lumières. © Culturespaces - Eric Spiller

C’est unique, magnifique, et une des choses à ne pas manquer lorsque vous visitez la région. Non seulement elle vous permet de redécouvrir les œuvres d’artistes de renom (Picasso, Gauguin, Van Gogh, Manet, Léonard de Vinci, Dali, et bien d’autres) mais elle vous permet de les voir d’une autre façon, de les mettre en mouvement et leur donner vie. 

Je n’ai pas de mot pour vraiment définir ce que l’on ressent, tout petit dans ce lieu magique : allez-y (14,5 € l’entrée en plein tarif).

En route vers le Val d’Enfer !

Au-delà du village, c’est l’environnement des Baux-de-Provence qu’il est agréable de découvrir. Pour atteindre la vallée des Baux ainsi que son village, vous avez trois options. Prendre la route traditionnelle, sinueuse, des Alpilles depuis le centre-ville de Saint-Rémy-de-Provence. La route vous fera traverser les Alpilles, entre garrigues et forêts de pins, champs d’oliviers et vignes. En été, ouvrez les fenêtres et laissez-vous bercer par le son (parfois assourdissant) des cigales. Prendre cette même route, depuis Maussane-les-Alpilles… Ou bien, vous pouvez emprunter et continuer, la route qui mène jusqu’à la Carrière des Lumières : la route de Maillane que l’on appelle aussi, le Val d’Enfer. 

Un lieu, une route, très apprécié des motards, des amoureux de voyage et de découvertes, et peu fréquenté par les touristes. Le Val d’Enfer est un vallon naturel creusé dans la roche, une route sinueuse entourée de végétation et de falaises. A découvrir, les fenêtres grandes ouvertes, pour écouter les cigales et profiter des parfums des Alpilles. 

En suivant cette route, vous pourrez rejoindre la route de Tarascon qui vous mènera, vers l’est, à Saint-Rémy-de-Provence et vers l’ouest, à Saint Etienne du Grès. Dans les deux cas, deux très beaux autres villages provençaux à découvrir… 

Si vous êtes d’humeur gourmande, c’est aux Baux-de-Provence (légèrement à l’extérieur, pas en son centre touristique) que se situe le restaurant gastronomique L’Oustau de Baumanière, très réputé dans la région, dont les cuisines sont occupées par le chef triplement étoilé Glenn Viel. Le menu est onéreux mais l’expérience est unique.

Mathilde Tay
Mathilde Tay

Rédactrice culinaire expatriée de sa Provence natale, Mathilde associe son expérience de conceptrice-rédactrice à sa formation en cuisine pour vous partager ses connaissances nutritionnelles et ses recettes favorites.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée