domus de janas montessu

Dans les « Domus de Janas », chercher les traces des fées des légendes sardes

4 minutes de lecture 38 vues

En Sardaigne, la mythologie et les légendes s'entremêlent et écrivent ensemble l'histoire de l'île avec un grand H. Les Domus de Janas sont une parfaite illustration de cette double réalité, car ces constructions de pierre propres à la l'île font le trait d'union entre réalité archéologique et imaginaire collectif. Deux faces d'une même médaille qui nourrissent la culture sarde depuis des millénaires.

Que sont les Domus de Janas ? Et où pouvez-vous en voir ? Voilà quelques éléments de réponse pour entamer votre recherche de magie...

Les Domus de Janas, maisons des fées en Sardaigne

Pour comprendre ce que sont les Domus de Janas, il faut décomposer cette expression en se penchant sur son étymologie latine. En latin, un "domus" est une demeure - "domus" signifiant habitation, maison, domicile. Un domus est ainsi une habitation, et les domus présents en Sardaigne sont des constructions de pierre, creusées à même d'épais rocs par les premières civilisations sardes.

Ces petites demeures construites dans la roche s'apparentent à des cavernes taillées il y a plusieurs millénaires de cela, leur datation remontant à quelques 5 000 ans en arrière. 

motifs artistiques domus de janas
Les motifs artistiques gravés dans les Domus de Janas. © Valentina Furnò

Mais quid des Janas ? C'est là qu'intervient l'imaginaire et la mythologie qui font flotter au-dessus de la Sardaigne un doux parfum de mystère et de poésie.

Les Janas sont de petites créatures semblables à des fées, que certaines histoires comparent tantôt à des sorcières, tantôt à des bienfaitrices, des protectrices, des ensorceleuses à l'humeur changeante. D'autres encore les comparent à des elfes. Les Domus de Janas seraient ainsi leur habitation, leur petite taille leur permettant de vivre dans ces constructions de taille réduite. 

La réalité archéologique des Domus de Janas

Si cette explication prise sous l'angle de la mythologie et des légendes est loin d'être dénuée de charme, la réalité historique est tout de même autre.

Les Domus de Janas sont en fait des maisons, mais des maisons de défunts. Il s'agit en effet de cavernes funéraires, de tombeaux que les premiers Sardes construisaient pour que leurs morts reposent en paix, dans leur maison, et sur leur île. Certains tombeaux étaient regroupés de façon si dense qu'ils constituaient ensemble une nécropole accueillant plusieurs centaines de défunts. 

domus de janas en sardaigne
L'entrée de l'une des nombreuses nécropoles qui se cachent dans l'île. © Mirko Maier
figurine préhistorique culture ozieri sardaigne
Une figurine féminine découverte à Senorbì, dans un Domus de Janas. © Wikipedia

Les travaux d'historiens ont révélé que les Domus de Janas sont le témoignage de la présence préhistorique de la civilisation - ou culture - appelée "Ozieri", en raison des découvertes réalisées à proximité de la ville du même nom. Cette civilisation - dénommée également "culture de San Michele" - qui occupait la Sardaigne il y a plus de 4 000 ans de cela, vivait en osmose avec la nature, cultivant et récoltant leur champs. 

Certains chercheurs estiment que les cultures des Cyclades ont pu influencer l'art funéraire des Ozieri. Et fait encore plus marquant, les motifs concentriques gravés dans la roche des Domus de Janas se retrouvent ailleurs en Europe, jusqu'en Irlande, sur les parois des célèbres tombes de passage érigées au Néolithique... Preuve que l'art mégalithique a irrigué toute l'Europe depuis la Méditerranée.

Plusieurs milliers de Domus de Janas dans l'île

De nombreux sites existent dans toute la Sardaigne, puisque près de 2 000 domus de Janas ont été comptabilisés à ce jour. Un véritable trésor préhistorique.

Avec près de 40 domus de Janas, le site archéologique d'Aghelu Ruju est une nécropoles antiques comptant parmi les plus importantes de toute l'île, remontant à plus de 3 500 ans avant notre ère. Pour s'y rendre, direction la ville de I Piani dans la province de Sassari, dans la partie nord-ouest de l'île. Située à une dizaine de kilomètres du littoral, la nécropole est installée dans une vaste plaine.

domus de janas chiaramonti sardaigne
A l'intérieur du Domus de Janas de Chiaramonti, près de Sassari. © Mirko Maier

Plus loin dans l'île, la nécropole de Sant'Andrea Priu est considérée par les spécialistes comme la plus étonnante car elle domine l'immense vallée de Santa Lucia située en contrebas. Creusée à même une colline, la nécropole est composée de nombreuses salles dont l'une a été transformé en église au cours de l'époque byzantine.

Il s'agit d'ailleurs d'une spécificité des Domus de Janas, à savoir être le plus fréquemment installé en haut de collines et de monts de petites tailles, donnant ainsi la possibilité aux défunts de contempler le monde des vivants depuis les hauteurs.  

Santu Pedru est un autre site sarde remarquable, constitué de plus de 10 Domus de Janas creusés dans la roche de la colline du même nom. Les tombeaux ont également fait l'objet d'une transformation plusieurs millénaires après leur construction puisque une église y a été là aussi installée, dédiée en l'occurrence à Saint Pierre au cours du 6 et 7e siècle. 

Enfin, calée dans un amphithéâtre de roche à proximité de Cagliari, la nécropole de Montessu est l'un des témoignages nuragiques et pré-nuragiques les plus significatifs et les plus fascinants de l'île : le visiteur y découvrira plus de 40 tombes de tailles et de plans divers, alignées symétriquement le long de la paroi rocheuse, selon un dessin qui semble prédestiné. On raconte que cette nécropole fût occupée durant plus d'un millénaire et demi.

D'autre Domus de Janas sont visibles sur tout le territoire sarde, certains étant relativement isolés comme ceux se trouvant à proximité des communes de Ruinas, d'Ittiri ou encore de Villaperuccio au sud.

Voilà de quoi mettre un peu de magie dans votre prochaine excursion en Sardaigne.

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
fleuve de l'alcantara
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Suivez-nous en Méditerranée