Drapeau sarde avec les quattro mori

Que représentent les Quattro Mori, symboles du drapeau sarde ?

2 minutes de lecture 28 vues

Le drapeau sarde est reconnaissable entre tous avec les Quattro Mori qui sont positionnés à chaque coin et la grande croix rouge qui le divise en quatre parts égales. Beaucoup de personnes le comparent à juste titre au drapeau corse, car ils ont en effet comme point commun la tête de Maure ("Testa Mora"). 

Mais que représentent les quatre têtes de Maures, les Quattro Mori, du drapeau sarde ? Plusieurs explications existent. Elles diffèrent parfois les unes des autres mais elles semblent bien se compléter...

Le drapeau de la Sardaigne, une histoire millénaire

Si le drapeau de Sardaigne a été officiellement adopté en 1999, son histoire est en revanche bien plus ancienne puisque les premières explications quant à sa symbolique remontent au 11ème siècle.

Les Quattro Mori, les "Quatre Maures", sont apparus sur le drapeau sarde au 14ème siècle. Mais leurs origines datent de 1096 lorsque le roi Pierre 1er d'Aragon a mené ses troupes à la victoire contre les Maures, alors envahisseurs du bassin méditerranéen, au cours de la Reconquista. Le royaume d'Aragon imposait à cette époque sa domination en Sardaigne.

Cette bataille victorieuse n'aurait jamais été possible sans l'aide d'un chevalier, vêtu d'une longue tenue blanche affublée d'une croix rouge sur le torse. Une tenue qui n'est pas sans rappeler celle des Templiers. La croix rouge est depuis l'un des trois composants essentiels du drapeau de Sardaigne avec la couleur blanche du fond et bien sûr les têtes de maures. 

Mais quid des têtes de maures justement ?

Selon l'une des premières explications, elles symboliseraient les quatre victoires majeures de l'armée espagnole sur les maures en Sardaigne, dans les quatre provinces de l'île qui existaient à l'époque et jusqu'en 1999 : Sassari, Cagliari, Oristano et Nuoro.

Les Quattro Mori feraient également écho aux quatre victoires de la Reconquista dans quatre régions d'Espagne : Murcie, Valence, les Baléares et Saragosse. L'Espagne ayant dominé la Sardaigne pendant plus de 150 ans, ces quatre régions reprises manu militari aux maures auraient ainsi été déclinées sur le drapeau sarde. 

Dans la première version du drapeau de la Sardaigne, les têtes de maures sont représentées non pas avec un bandeau sur le front mais sur les yeux. Cela serait lié à la façon dont furent exécutés les Maures à l'époque, qui plus est la tête tranchée.

Les bandeaux remontaient sur les yeux et les têtes étaient tournées vers l'ouest.

Cette explication demeure encore très plausible pour nombre d'historiens même si elle a depuis été revue voire corrigée.

La version actuelle des "Quattro Mori" sardes

Les recherches menées par les historiens diffèrent de la première explication. Ainsi, les têtes représenteraient la tête tranchée de Saint Maurice, un martyr chrétien d'origine égyptienne. Exécuté pour cause de rébellion envers l'autorité romaine, il fut été choisi pour représenter l'insoumission et l'indépendance.

La symbolique du drapeau va même plus loin : les yeux bandés témoignent de la volonté de ne pas se soumettre au pouvoir central politique et religieux, d'en détourner son regard. Car la tête est volontairement tournée vers la gauche. La raison ? En regardant vers l'ouest, l'homme fait dos à Rome, situé à l'est.

La tête de Saint Maurice a été reprise ailleurs en Europe, que cela soit dans les Alpes et selon l'histoire, en Corse également. 

La dernière version du drapeau a été finalement adoptée en 1999, par la loi du 15 avril 1999.

Le fond blanc et la croix rouge demeurent, mais les Quattro Mori ont été remaniés. Le bandeau n'est plus placé sur les yeux, à l'image d'un martyr ou d'un Maure exécuté : il est à présent placé sur le front afin de symboliser l'esprit de liberté et d'indépendance qui continue d'ailleurs de caractériser l'identité sarde vis-à-vis du pouvoir italien. Les têtes ne sont plus tournées vers la gauche, soit contre Rome, mais vers la droite et donc vers Rome, afin d'envoyer un message d'apaisement.

Voilà pour les explications !

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Le Ponte-Vecchio qui enjambe le Temo à Bosa
Suivez-nous en Méditerranée