histoire de sardaigne

11 lieux incontournables pour découvrir l’Histoire de la Sardaigne

15 minutes de lecture 441 vues

La Sardaigne est une île unique, presque un continent en soi, qui offre de nombreuses perspectives aux visiteurs... Surtout aux plus curieux qui ne se contentent pas de la mer, aussi splendide soit-elle. C'est une terre ancienne, aux traditions millénaires, qui a acquis au fil des siècles les influences les plus nombreuses et les plus diverses, les amalgamant et les transformant en quelque chose de spécial.

Alors quels sont les lieux, sites et villages que vous devez absolument visiter pour avoir un aperçu de cette merveilleuse complexité historique qui caractérise la Sardaigne ? Le choix, comme toujours, est difficile et, au final, subjectif. Alors laissez-moi vous raconter quelques-uns des nombreux rebondissements historiques et culturels de cette île au centre de la Méditerranée occidentale.

1 - Barumini et la civilisation nuragique

Barumini est l'une des villes symboliques de la Sardaigne? Car à la périphérie de la ville se trouve l'un des symboles de la Sardaigne : "Su Nuraxi". Il s'agit d'un grand nuraghe avec un village construit à l'époque nuragique, c'est-à-dire pendant l'âge du bronze, presque 1000 ans avant la fondation de Rome.

Il existe de nombreux nuraghi en Sardaigne, environ 7 000, et personne ne sait exactement à quoi ils servaient... Ni comment ils étaient construits, étant donné qu'ils étaient érigés avec des blocs cyclopéens, pesant jusqu'à des dizaines de tonnes. A une époque où il n'y avait même pas d'outils en fer !

carte postale ancienne nuraghe sardaigne
Un nuraghe et des habitants sur une ancienne carte postale sarde. © Ithaque
Nuraghe de su nuraxi en sardaigne
Le célèbre site nuragique de Su Nuraxi en Sardaigne. © Wirestock

Celui de Barumini est l'un des plus grands et des mieux conservés, à tel point qu'il est inscrit au patrimoine mondial de l'Unesco. Mais ce n'est pas tout. Au centre, sous l'ancienne résidence noble espagnole qui abrite aujourd'hui le centre culturel "Casa Zapata", se trouve un deuxième nuraghe, exactement sous le musée et visitable grâce aux planchers transparents qui vous permettent de voir ses pièces d'en haut.

À proximité, vous pourrez voir le grand sanctuaire nuragique de Santa Cristina in Serri avec un "puits sacré" très bien conservé. Et sur la Giara di Siddi, la tombe du géant "Sa domu e s'orku", une tombe collective construite au 3e millénaire avant J.-C. avec des blocs rocheux aux dimensions vraiment extraordinaires.

En fait, la Sardaigne s'est trouvée pleinement intégrée aux courants culturels préhistoriques européens, tels que le mégalithisme.

Si vous souhaitez être accompagné(e) par un guide local pour une visite de Barumini, vous pouvez réserver l'excursion auprès de notre partenaire GetYourGuide :

Voir l'activité

2 - Atzara, pays du vin et des menhirs

Si vous aimez le vin, si vous aimez les régions vallonnées, si vous aimez le Chianti et la Toscane, par exemple, alors vous devez faire un voyage à Mandrolisai. Il s'agit d'une zone vallonnée qui fait office de "trait d'union" entre le Campidano et la Barbagia, littéralement couverte de vignobles.

Avec d'importants musées, un mouvement d'artistes espagnols connus sous le nom de "columbristi" s'est installé dans la ville d'Atzara dans les années 1900. D'importants sites archéologiques s'y trouvent, tels que le parc à menhirs de Sorgono (l'un des plus grands de toute la Sardaigne) et le grand nuraghe de Nolza à Meana Sardo.

De plus, les dernières preuves recueillies par les archéologues montrent que les "Nuragiques" ont été le premier peuple à produire du vin en Méditerranée occidentale. Ne manquez donc pas le Festival du Vin et la visite des nombreuses fromageries de la région ; un véritable paradis pour les amateurs de gastronomie méditerranéenne.

festival du vin en sardaigne
Au festival du vin sarde, en 2016. © Gianfranco Atzei

3 - Sant'Antioco, la plus ancienne ville d'Italie

Sant'Antioco est considérée par les archéologues et les historiens comme la plus ancienne ville d'Italie.

Il s'agit d'un établissement phénico-punique qui s'est ensuite développé pour devenir une ville moderne. Là encore, la présence de peuples nuragiques est attestée sur l'ensemble de l'île. Les preuves archéologiques ont montré des échanges commerciaux pacifiques dans l'intérieur de la Sardaigne, dès l'Antiquité, avec des mariages mixtes et un mélange de coutumes comme symbole de leur intégration.

Sant'Antioco est une importante ville-musée, avec des ruines de toutes sortes et pour tous les goûts. A commencer par le grand Tophet Punique (site religieux) adossé au musée archéologique, et par l'Acropole de la ville antique récemment ouverte au public. A voir également, les fontaines de l'époque romaine.

tour de guet à sant'antioco en sardaigne
Sant'Antioco est une importante ville-musée, avec des ruines de toutes sortes et pour tous les goûts. © Denise Serra

Un autre lieu d'intérêt pour plonger dans l'Histoire de la Sardaigne sera les catacombes de Sant'Antioco. Il faut ici séparer les habitations creusées dans les grottes et habitées par les plus pauvres (jusque dans les années 1970 !) de celles découvertes sous la basilique d'Antiochus Martyr. Il s'agit là d'une nécropole créée en réunissant et en agrandissant les tombes puniques précédentes.

Saint Antiochus Martyr est d'ailleurs le saint patron de la Sardaigne. Et sa fête est la plus ancienne de l'île (elle célèbre cette année sa 663ème édition). Elle a lieu au printemps avec un vaste calendrier d'événements et un défilé de groupes folkloriques de toute la Sardaigne. La fête se déroule exactement 15 jours après la Sainte Pâques ; la date change donc chaque année.

basilique de sant antioco en sardaigne
Une basilique chargée d'histoire à Sant'Antioco. © Toldiu74

Sur l'île de Sant'Antioco, qui est reliée au continent par un pont, on trouve de nombreuses plages - ne manquez pas les plages de Coaquaddos et de Maladroxia, plage Pavillon Bleu - ainsi que de nombreux sites archéologiques. Visitez par exemple la Tomba Dei Giganti su Niu e su Crobu, qui est située de façon spectaculaire sur les hautes falaises d'origine volcanique qui caractérisent la partie occidentale de l'île.

D'excellents plats de poisson sont servis dans les restaurants. Et une excursion avec déjeuner inclus dans les bateaux de pêche et une visite des glaciers de la ville est vivement recommandée.

phare de mangiabarche à sant antioco
Le phare isolé de Sant'Antioco, au sud de la Sardaigne. © Francesco Riccardo Iacomino

4 - Ollolai, coeur de la Barbagia

Ollolai est un petit village de montagne, situé à 920 mètres au-dessus du niveau de la mer, au centre de la région de Barbagia, dans la province de Nuoro.

C'est un village célèbre pour de nombreuses raisons. Tout d'abord, le célèbre roi Ospitone, à qui nous devons la christianisation de l'intérieur de la Sardaigne, est originaire d'Ollolai. Là où même les Romains n'avaient jamais réussi à poser le pied, physiquement.

C'est à lui, au "Dux Barbaricinorum", qu'a également fait appel le pape Grégoire le Grand au cours du 6ème siècle de notre ère, à l'époque byzantine, dans le but de christianiser les populations locales, encore païennes. Son histoire est racontée dans les fresques de la crypte de la basilique de la Madonna dei Martiri, dans la ville voisine de Fonni.

Mais Ollolai est aussi le village qui a donné un nouvel élan à l'ancienne lutte sarde de S'Istrumpa, apparentée à la lutte traditionnelle bretonne et celtique. C'est aussi l'un des pays où le chant ténor, une forme ancestrale de chant reconnue comme patrimoine immatériel de l'humanité par l'UNESCO, est le plus pratiqué.

palio a dos d'anes en sardaigne
Le palio à dos d'ânes est une course traditionnelle en Sardaigne. © Giovanni Maria Piras

De plus, chaque année, le "Palu de sos vihinados", le palio (course traditionnelle) des ânes, a lieu ici : les 5 quartiers historiques du village s'affrontent dans une foire de style médiéval.

Plus récemment, La ville est devenue célèbre grâce au culturiste Franco Columbu, anciennement Mister Univers et Mister Olympia. Plus récemment encore, il a fait la une des journaux pour son offre de "maisons à 1€", visant à contrer le dépeuplement du village. Cette idée locale est même devenue une émission de télé-réalité sur la télévision nationale néerlandaise.

5 - Orani et le sanctuaire de Notre Dame de Gonare

Lorsque l'empire byzantin s'est effondré, 4 "giudicati" indépendants sont apparus en Sardaigne : de petits royaumes dirigés par un juge. C'était la "Giudicale Sardinia", la dernière fois que notre île était indépendante et autogérée.

À cette époque, la Sardaigne était donc divisée en 4 royaumes indépendants appelés, précisément, "giudicati" :

  • le Giudicato de Torres au nord-ouest,
  • le Giudicato de Gallura au nord-est,
  • le Giudicato d'Arborea au centre-ouest de l'île
  • et le Giudicato de Cagliari au sud.

La noblesse sarde était alors pleinement intégrée dans les cercles "politiques" européens, à tel point qu'elle a participé aux croisades.

On raconte que dans la première moitié des années 1100, au milieu de la première croisade, le juge Gonario di Torres, de retour de Terre Sainte, a rencontré une mauvaise tempête au large de la Sardaigne. Là, pour tenter de se sauver, il fait un vœu à la Vierge Marie : celui de construire une église qui lui soit dédiée sur le premier site qu'il repère. Soudain, la tempête s'est calmée et un rayon de soleil a illuminé le mont Gonare, à la frontière entre les villes d'Orani et de Sarule.

C'est là qu'il a fait construire le sanctuaire de Nostra Signora di Gonare, dont la "Festa Grande" tombe le 8 septembre et est organisée tous les deux ans par les deux villes.

masque noir carnaval sardaigne
Un masque de carnaval captivant et effrayant à la fois. © Imagoinsulae

Je m'attarde aussi sur Orani pour deux raisons, la première étant la présence de l'ancien masque de "Su Bundu", typique du carnaval sarde local. La deuxième est la présence du musée dédié à Costantino Nivola, originaire d'Orani mais décédé à New York ; peut-être l'artiste sarde le plus important et le plus connu au monde.

6 - Castelsardo, village médiéval

Castelsardo, né sous le nom de Castelgenovese, est un splendide village de style médiéval qui surplombe le golfe d'Asinara. Perché sur un promontoire rocheux, ses vues depuis les hauts bastions sont splendides.

Ne manquez pas la cathédrale et le château des Doria, une noble famille génoise qui a fondé le village à l'époque des quatre giudicati sardes. Des royaumes indépendants, mais fortement influencés par les événements des républiques maritimes de Gênes (au nord de la Sardaigne, avec la famille Doria) et de Pise (au sud, où la famille Della Gherardesca, celle du comte Ugolino, de mémoire dantesque, a joué un rôle de premier plan). Le château abrite également un musée populaire du tissage.

castelsardo en sardaigne
Un splendide village de style médiéval qui surplombe le golfe d'Asinara. © Poike2017

Une promenade dans le centre historique est vivement recommandée, avec ses ruelles étroites dans lesquelles s'ouvrent des cafés, des bars et des restaurants, souvent dans des endroits panoramiques. Ici, vous pourrez déguster des spécialités locales, principalement des fruits de mer.

Dans les environs, allez voir le Rocher de l'éléphant : il s'agit en réalité d'un ancien domus de janas sculpté dans un rocher, en forme de pachyderme.

À ne pas manquer côté baignade, les plages de Marina, Ampuria et Lu Bagnu, qui ont d'ailleurs reçu ces dernières années le drapeau bleu de la FEE pour la qualité de leurs services et leur engagement environnemental. Des excursions vers les grandes et longues plages de Badesi et vers la "Costa Rossa" sont également recommandées.

Les amateurs d'archéologie peuvent se rendre à Sedini, avec son grand Domus de Janas, puis visiter le musée de Perfugas et enchaîner avec le célèbre puits sacré de Canopoli. Dans la ville voisine de Martis, il y a même une forêt pétrifiée !

Une visite à Castelsardo pendant la Semaine Sainte enchantera le voyageur, avec ses rites anciens, ses chants et litanies à la saveur ancestrale et ses processions à la bougie.

Vous souhaitez être accompagné(e) dans la découverte de Castelsardo et du Monte D'Accoddi ? Réservez votre excursion privée avec un guide local via notre partenaire GetYourGuide :

Voir l'activité

7 - Bosa et la "Giudicessa Eleonora"

Une autre ville royale à saveur médiévale est le village riverain de Bosa, situé immédiatement au sud d'Alghero, après une route côtière qui compte parmi les plus pittoresques du monde. Bosa se trouve sur la rivière Temo, la seule rivière navigable de Sardaigne.

Les tours du chateau de malaspina à bosa
Le château de Bosa. Photo Michela Peddis.

À ne pas manquer, le quartier coloré de Sa Costa, avec ses maisons multicolores habitées par de nombreux artistes et écrivains du monde entier, qui se trouve sur les pentes du château de Salvaterra qui surplombe la ville. Le château n'est pas dans un état de conservation exceptionnel, seuls les murs extérieurs subsistent, mais un panorama unique peut être apprécié de là-haut.

C'est à Bosa que la future Giudicessa Eleonora, l'une des souveraines les plus éclairées d'Europe, a débarqué alors qu'elle était enfant. L'événement est commémoré chaque année par une reconstitution historique spéciale.

bosa et le bord du fleuve temo
Le bord de fleuve de Bosa est l'un des plus pittoresques de Sardaigne. © Janina Landisa

Ce n'est pas le seul événement digne d'intérêt. À ne pas manquer, le long de la rivière, se trouve la zone des anciennes tanneries, où un grand festival de la bière a lieu en été, attirant les jeunes et les touristes de toute l'île. Ainsi que le "Carrasegare Osinku", le carnaval local unique même en Sardaigne !

La plage de Bosa Marina est très large (attention, le sable est sombre et chaud), au bord de laquelle se trouvent de nombreux restaurants pour tous les goûts et de nombreuses maisons de vacances.

8 - Sanluri et "Sa Battalla"

Le 30 juin 1409, à Sanluri, à mi-chemin entre Oristano et Cagliari, a lieu la plus importante bataille rangée de l'histoire de la Sardaigne.

D'un côté, le Giudicato di Arborea, le dernier royaume sarde indépendant, dont les troupes sont commandées par Guillaume III de Narbonne-Bas. En face, l'autre les troupes du Royaume d'Aragon, dirigées par Martin le Jeune. Les Espagnols ont gagné et dès lors, la Sardaigne n'était plus indépendante.

La guerre, qui a duré 100 ans, a été dévastatrice pour la Sardaigne, mais aussi pour les Espagnols, avec des pertes importantes parmi la noblesse ibérique ; Martin le Jeune lui-même est mort de la malaria quelques semaines plus tard, peut-être infecté par la "Bella di Sanluri", comme le veut la légende.

sa battalla sanluri sardaigne
La reconstitution de la célèbre bataille de Sanluri a lieu tous les 2 ans. © Sa Battalla di San Luri

Eh bien, tous les 2 ans, une grande reconstitution historique - appelée "Sa Battalla" - voit à nouveau un millier de chevaliers et soldats se battre sur le terrain. La dernière édition a eu lieu en 2021.

Sanluri abrite également l'un des châteaux les mieux conservés de Sardaigne, ainsi que le musée du Risorgimento du Duc d'Aoste. Ne vous attendez pas aux châteaux de la Loire ; la disposition du château, construit entre 1188 et 1195, reste assez basique et son but principalement défensif est évident, sans beaucoup de fioritures.

Fin septembre, en revanche, a lieu la fête du village, dont le centre historique fait revivre les splendeurs de l'époque médiévale et les traditions locales. Une place importante est accordée, par exemple, à la "Sagra del Civraxu", le pain local croustillant et parfumé.

9 - Alghero, la cité au cœur catalan

Alghero est une ville au cœur catalan située au nord-ouest de la Sardaigne. Le terme "village" est peut-être exagéré, mais une promenade dans les rues étroites de son centre historique suffira à vous plonger dans le charme médiéval de la "Barceloneta" sarde.

alghero en sardaigne au coucher du soleil
Le jour tombe sur Alghero. © Mkrzyzak
ruelles d'alghero en sardaigne
Le charme historique du centre d'Alghero. © Richard Banary

Alghero est d'abord colonisée par les Catalans au milieu du 14ème siècle, lorsque la Sardaigne a commencé à entrer dans l'orbite politique de l'Aragon.

Environ 200 ans plus tard, en août 1541, l'empereur Charles Quint part à la conquête de la ville d'Alger, mais s'arrête à Alghero en raison d'une tempête. Charles V est vaincu en Afrique par Hassan-Aga (Aga le beau), un jeune berger sarde enlevé par des pirates sarrasins quelques années plus tôt sur l'île d'Asinara - et qui deviendra plus tard le général commandant de l'armée algérienne.

Mais revenons à Alghero. L'empreinte catalane est restée très forte dans la ville, dans les bâtiments, comme dans la langue, les traditions et la cuisine. Des plats tels que le homard à la catalane ou la crème catalane font la richesse des nombreux restaurants de qualité de la ville.

Alghero est également célèbre pour ses longues plages : du Lido di San Giovanni à Maria Pia, du Bombarde à Lazzaretto et Mugoni. Plus une série de criques enchanteresses.

Le printemps est une saison idéale pour découvrir la cité, notamment au cours de la Semaine Sainte et à Pâques. Les rituels religieux sont fortement teintés par l'influence catalane, ce qui les rend parmi les plus fascinants de toute la Sardaigne.

Ne manquez pas non plus la fête de la Saint-Jean au printemps, avec le célèbre saut du feu par des couples d'amis se tenant la main pour sceller leur amitié. C'est également le moment idéal pour visiter le parc naturel de Capo Caccia, avec ses sentiers et ses incroyables grottes marines.

On trouve aussi à Alghero de nombreuses ruines archéologiques, du néolithique à la période nuragique. Votre parcours vous mènera certainement à la nécropole d'Anghelu Ruju, vers le village nuragique de Palmavera ou encore au Musée du Corail.

10 - Carloforte, l'enclave génoise

Si Alghero est une île culturelle et linguistique catalane, Carloforte est une enclave ligure.

Fascinante est l'histoire des colons génois qui ont d'abord déménagé du district de Pegli vers l'île de Tabarka sur la côte nord-ouest de la Tunisie pour pratiquer la pêche au corail, où ils sont restés pendant environ 200 ans.

Suite à des tensions avec les "rais" nord-africain, ces colons génois ont dû fuir vers la Sardaigne. Précisément à Carloforte et à Calasetta, dans l'archipel dit du Sulcis. Carloforte a été officiellement fondée en 1738, grâce à l'intervention du roi Carlo Emanuele III de Savoie, qui a donné son nom au village.

ile de san pietro et carloforte en sardaigne
Les belles façaces de Carloforte, colonie génoise en Sardaigne. © Toldiu74

L'histoire de ces colons liguriens aventureux est encore très présente dans le dialecte local, dans les "carruggi" de la vieille ville, dans la culture et la cuisine. Ne manquez pas, par exemple, la "Sagra del cus cus tabarchino", autrement connue sous le nom de "Cascà".

Pour rejoindre l'île de San Pietro, où se trouve Carloforte, vous devez prendre un ferry, soit depuis Calasetta sur l'île de Sant'Antioco, soit depuis Portovesme sur le "continent" sarde. Il est aussi possible de réserver une excursion privée pour un groupe de 5 personnes maximum, avec un guide local, sur toute la côte sud de la Sardaigne et jusqu'à l'île de San Pietro :

Voir l'activité

11 - La Maddalena, l'archipel légendaire

Le bord de La Maddalena se trouve au centre de l'île et de l'archipel du même nom, un grand parc naturel et l'une des destinations que tous ceux qui aiment la mer doivent visiter au moins une fois dans leur vie. Mais La Maddalena, c'est aussi beaucoup plus. Tout d'abord, son nom, qui provient d'une légende bien connue dans cette partie de la Méditerranée.

Selon la légende, l'ancienne "Busonara" a changé de nom pour devenir "La Maddalena" lorsqu'une femme est passée par l'île et y a accompli un grand miracle. Cette femme, c'est Marie-Madeleine, ou Marie de Magdala, qui, selon les évangiles apocryphes, était non seulement l'un des apôtres les plus proches de Jésus, mais aussi son épouse.

Selon la "Legenda Aurea", Marie-Madeleine est arrivée à Marseille depuis la Palestine... Probablement via l'île de La Magdalena. C'est de là que le fameux "Sang Réel", ou "Saint Graal", est également arrivé en France, un mythe sur lequel le roman "Da Vinci Code" est également basé !

port de la maddalena
Dans le port d'une île de la Maddalena, au nord-est de la Sardaigne. © Gianluigi Bec

Mais pas seulement. Après la Révolution française, pendant la guerre civile corse, un jeune Napoléon, déjà lieutenant-colonel dans la Garde nationale, tente d'occuper l'île stratégique de La Maddalena au nord-est de la Sardaigne.

Nous sommes en février 1793 et Napoléon, à la tête des 350 hommes du 11ème bataillon, après avoir occupé l'île de Santo Stefano, lance une attaque sur La Maddalena. Il est repoussé par les Maddaléniens, qui ont presque réussi à le capturer. Depuis lors, la place principale de La Maddalena s'appelle Piazza XXIII Febbraio 1793.

Enfin, La Maddalena, ou plutôt l'île de Caprera, est devenue le lieu d'exil de Giuseppe Garibaldi, le héros de deux mondes, qui a contribué de manière décisive à l'unification de l'Italie. La maison de Garibaldi peut encore être visitée aujourd'hui, avec de nombreuses reliques et un beau jardin. Dans les fortifications du centre de l'île, construites plus tard précisément en raison de la position stratégique de l'archipel, un mémorial lui est dédié.

Pensez à tout cela en parcourant les mers de l'archipel sur l'un des nombreux bateaux à moteur qui, depuis le printemps, emmènent les touristes d'île en île, de plage en plage, dans la merveille naturelle qu'est le parc national de la Maddalena. Et n'oubliez pas de goûter un savoureux sandwich au poulpe !

Pour clore cet article, lisons un poème de l'auteure sarde Grazie Deledda, lauréate du prix Nobel, qui exprime bien ce que je vous ai raconté dans cet article :

“Noi siamo spagnoli, africani, fenici, cartaginesi,
romani, arabi, pisani, bizantini, piemontesi.
Siamo le ginestre d’oro giallo che spiovono
sui sentieri rocciosi come grandi lampade accese.
Siamo la solitudine selvaggia, il silenzio immenso e profondo,
lo splendore del cielo, il bianco fiore del cisto.
Siamo il regno ininterrotto del lentisco,
delle onde che ruscellano i graniti antichi,
della rosa canina,
del vento, dell’immensità del mare.
Siamo una terra antica di lunghi silenzi,
di orizzonti ampi e puri, di piante fosche,
di montagne bruciate dal sole e dalla vendetta.
Noi siamo sardi.”
- Grazia Deledda

Daniele Puddu
Daniele Puddu

75% d'ADN sarde, mais aussi de sang italien, espagnol, grec, arabe, juif, corse et breton. Daniele est diplômé d'un Master en gestion du patrimoine culturel et a créé ces dernières années le blog le plus lu de Sardaigne.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Sardaigne

La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
fleuve de l'alcantara
Porto Flavia en Sardaigne
Suivez-nous en Méditerranée