Villanova Monteleone en sardaigne

A la découverte des 10 plus beaux villages de Sardaigne, loin de la foule estivale

12 minutes de lecture 31 vues

Que faire en Sardaigne en basse-saison ? Découvrons ensemble les 10 plus beaux villages de Sardaigne à visiter lors des beaux jours, quand le climat est doux, que le soleil n'est pas encore trop fort, que les champs sont en fleurs et que l'eau coule encore un peu partout...

De plus, les hôtels et les restaurants sont largement ouverts, mais pas encore bondés, tout comme les plages, sur lesquelles vous pourrez prendre vos premiers bains de soleil et même vos premières baignades, peut-être avec l'aide d'une combinaison de plongée pour les plus frileux.

Le printemps et le début de l'automne sont également des saisons idéales pour pratiquer un tourisme "actif", avec des promenades sur les sentiers de l'intérieur, des randonnées à vélo à travers les virages en épingle à cheveux et les routes panoramiques, de l'escalade sportive, du surf, etc. Mais je m'égare déjà. Parlons donc de ces 10 villages exceptionnels en Sardaigne, avec mes conseils de visites.

Porto Torres, entre sites archéologiques et parcs nationaux

Porto Torres est l'un des endroits les plus sous-estimés par les touristes, qui le considèrent souvent comme un simple point de débarquement pour les ferries en provenance de Gênes, de France et d'Espagne.

porto torres en sardaigne
Porto Torres depuis la jetée. © Antonio Scarpi

En réalité, c'est un village de 20 000 habitants qui attend d'être découvert dans le nord-ouest de la Sardaigne. Il vaut la peine de se promener dans les rues du centre jusqu'à la basilique de San Gavino, dont la "Festa Manna" (grande fête) tombe le week-end du dimanche de Pentecôte, avec de grandes célébrations en l'honneur des trois martyrs de Turritan : Gavino, Gianuario et Proto.

La ville est littéralement jonchée de petits musées, restaurants, pizzerias, bars et glaciers. Nous vous recommandons une promenade le long du front de mer, le long des rochers blancs parsemés de fossiles et de petits fjords, jusqu'à ce que vous atteigniez la plage de Balai, avec le parc derrière elle.

Les amateurs d'archéologie peuvent visiter le musée et les ruines de l'ancienne Turris Libisonis, l'une des deux seules "colonies juliennes" romaines en Sardaigne, fondée en 46 avant J.-C., deux ans avant la mort de Jules César. De nombreuses mosaïques restent en excellent état.

Mais surtout, au départ de Porto Torres, vous pouvez embarquer pour visiter la splendide île de l'Asinara, devenue parc national, avec ses ânes blancs caractéristiques, une nature à couper le souffle, de nombreuses plages et des sentiers à parcourir à pied ou à vélo.

isola dell'asinara iles des anes en sardaigne
Une tour de guet sur l'île des ânes. © Stefano Zaccaria

Utilisée comme colonie pénitentiaire depuis 1885, une institution qui lui a permis de rester presque intacte jusqu'à ce jour, l'île de l'Asinara abrite le cimetière austro-hongrois où reposent les restes des prisonniers de la Première Guerre mondiale et les vestiges de la prison plus moderne qui abritait tout, des terroristes aux mafiosi les plus dangereux. La prison est maintenant un musée, tandis que l'île entière est un parc national.

Ne manquez pas l'incroyable épave romaine qui émerge avec sa cargaison d'amphores à quelques mètres de la surface près de Cala Reale ; celle-ci peut également être visitée en apnée, grâce à la pureté de l'eau.

Villanova Monteleone, entre chemins et chevaux

Un peu au sud d'Alghero, dans le nord-ouest de la Sardaigne, se trouve la plage de Poglina (également connue sous le nom de "La Speranza"). Nous sommes sur le territoire de Villanova Monteleone, un village qui se trouve au centre d'un très grand territoire, composé de montagnes, de bois, de villages médiévaux et de sites archéologiques.

C'est une région splendide à parcourir à vélo, avec de nombreux sentiers adaptés aux amateurs de trekking, à pied ou à cheval.

Si vous aimez l'histoire ancienne, ne manquez pas le Domus de Janas de "Pottu Codinu" (tombes creusées dans la roche) et le grand nuraghe Appiu, l'un des plus grands de Sardaigne, avec son grand village (les nuraghes sont de grandes tours, même avec des structures complexes, construites avec des rochers cyclopéens).

Villanova Monteleone en sardaigne
Dans les rues du beau village de Villanova Monteleone. © Alkan2011
motifs artistiques domus de janas
Les motifs féériques gravés dans les Domus de Janas. © Valentina Furnò

Si vous aimez l'histoire médiévale, vous devez absolument faire un saut dans le passé, lorsque la Sardaigne était divisée en quatre "giudicati" indépendants. Pour ce faire, dirigez-vous vers le petit village médiéval de Monteleone Rocca Doria. Au milieu de vues imprenables et d'aires de pique-nique, ce site abrite encore les ruines des anciennes fortifications.

Enfin, si vous aimez la nature, ne manquez pas l'oasis naturaliste de Monte Minerva, où le "Week-end des roses" a lieu chaque printemps. Elle abrite une importante roseraie historique, avec un parc et une auberge.

Il est également possible de faire de l'ornithologie à la recherche des vautours fauves de la seule colonie autochtone restante en Italie.

Tempio Pausania, entre le carnaval et les excursions

Tempio Pausania est situé au cœur de la Gallura intérieure, dans une position enviable, parmi les bois, les sources, les parcs et les sentiers. Son centre historique en pierre, très bien conservé et entretenu, est à ne pas manquer, mais les caractéristiques environnementales de la région font la différence, ce qui en fait une destination populaire pour les randonneurs.

La ville est située au pied du mont Limbara, qui, à 1362 mètres d'altitude, est l'un des plus hauts sommets de l'île. À ne pas manquer, la vallée de Vallicciola, avec ses bois denses, dont des séquoias, et ses nombreux sentiers.

mont limbara en sardaigne
Depuis les hauteurs du Monte Limbara, à proximité de Tempio Pausania. © Rodolfo Baldussi

À Agnata, en revanche, se trouve la villa (aujourd'hui un B&B) de Fabrizio De André, le chanteur-compositeur génois qui est tombé amoureux de la Sardaigne et s'est installé sur notre île.

La Pizzeria Bosco, dans le centre, a été incluse parmi les meilleures pizzerias d'Italie par le célèbre guide Gambero Rosso (l'équivalent en Italie du guide Michelin).

Toujours dans le centre, ne manquez pas le parc des sources Rinaggiu, la cathédrale Saint-Pierre, l'église Santa Croce et l'ancienne gare ferroviaire de style Art Nouveau.

Un peu au nord de la ville, en revanche, se trouve le nuraghe Majori.

Si vous arrivez tôt, entre l'hiver et le printemps, ne manquez pas "Lu Carnasciali", le carnaval du Tempio Pausania, le carnaval le plus important de Sardaigne en termes de chars en papier mâché, de fêtes et de divertissement.

carnaval en sardaigne
Un défilé de tambours dans un carnaval en Sardaigne. © Mirko Maier

Nous vous recommandons également de visiter la ville voisine d'Aggius, célèbre pour ses bandits (à tel point qu'elle abrite le "Musée du banditisme") et ses nombreux musées.

Si vous aimez le bon vin, en particulier le Vermentino, ainsi que les domaines locaux renommés, nous vous recommandons de vous rendre dans la région voisine de Monti (à seulement 3 km).

Padru, entre montagnes et piscines naturelles

Padru est situé juste derrière la station balnéaire de San Teodoro, en Gallura, au nord-est de la Sardaigne. Cependant, le climat est complètement différent et vous pouvez déjà respirer l'air typique de l'intérieur de la Sardaigne.

église de padru
La petite église toute blanche de Padru. © Gianfranco Mattu

Ce n'est pas pour rien si ceux qui veulent vraiment manger de la nourriture sarde quittent les villes de la côte pour se rendre dans les fermes de vacances de la région de Padru.

Padru mène à l'une des zones les plus sauvages de la Gallura, le Monte Nieddu (la montagne "noire"), un endroit splendide pour une promenade immergée dans la nature, parmi les bois et les grandes formations rocheuses. Profitez des petites chutes d'eau et des piscines panoramiques creusées par le ruisseau Pitrisconi, idéales pour les sports tels que le trekking, l'escalade et surtout le canyoning.

Cala Gonone, entre grottes, vie aquatique et escalade

Cala Gonone est le village balnéaire de Dorgali, dans la province de Nuoro, au centre-est de la Sardaigne, où commencent les magnifiques baies et criques du golfe d'Orosei. Cala Gonone est un lieu de grand intérêt, pour les nombreux musées, sites archéologiques et naturels à visiter.

Parmi ceux-ci :

  • le musée archéologique
  • le musée du phoque moine
  • le plus grand aquarium du sud de la Sardaigne
  • le beau village de Tiscali, le "Machu Pichu" de la civilisation nuragique

Il vaut également la peine d'organiser une excursion à su Gorroppu, l'un des canyons les plus profonds d'Europe.

Ensuite, il y a les plages de Cala Fuili et Cala Luna, toutes deux accessibles à pied, ou avec les bateaux qui emmènent les touristes à Cala Mariolu et Cala Goloritzé (cette dernière, cependant, se trouve sur le territoire de Baunei). Je vous conseille également d'utiliser vos bras et de pagayer un joli kayak le long de la côte.

cala gonone en sardaigne
Au loin, la belle Cala Gonone. © Lpd82
cala fuili
La belle crique de Cala Fuili près de Cala Gonone. © Elisa Locci

Et puis il y a les grottes :

  • Ispinigoli, qui peut être visitée sur terre, avec sa grande colonne centrale
  • la Grotta del Fico (grotte de la figue)
  • et la plus célèbre Grotta del Bue Marino (grotte du bœuf de mer), dédiée au phoque moine, qui s'est toutefois éteint en Sardaigne dans les années 1960.

Les deux dernières grottes mentionnées peuvent être atteintes par la mer et font généralement partie de l'excursion en bateau vers les criques du golfe d'Orosei.

Les falaises abruptes de cette partie du littoral sont également un paradis pour les grimpeurs, qui viennent du monde entier pour s'entraîner et s'amuser. Enfin, ne manquez pas les vins de la cave locale et les fromages fabriqués par les bergers de Dorgali !

Orgosolo, village de bandits et de peintures murales

Orgosolo est l'un des villages les plus célèbres de Sardaigne. Il est situé au cœur de la Barbagia et doit son nom au grand nombre de peintures murales portant des messages de grande valeur sociale et, souvent, de protestation.

fresque murale à Orgosolo
L'une des belles fresques murales dans les rues d'Orgosolo. © Michela Peddis

Orgosolo est aussi le nom de la ville des bandits, mais il vaudrait mieux dire des "hors-la-loi". En effet, depuis la domination piémontaise sur la Sardaigne, les hommes de l'intérieur de l'île ont préféré gérer les frictions sociales avec le soi-disant "code barbare", en ignorant d'abord les institutions royales puis étatiques.

Murales et hors-la-loi peuvent donc être considérés comme les deux faces d'une même pièce, un village indomptable, qui a su faire entrer dans la modernité la fierté de nos ancêtres, les barbares de la Barbagia. Ceux-ci ont empêché la conquête romaine de l'intérieur des terres et qui défendent encore les traditions et la culture de notre île.

Mais surtout, si vous voulez goûter à l'authentique cuisine sarde, celle de l'intérieur, vous êtes au bon endroit. Essayez l'un des nombreux "agriturismi" de la région ; vivez les excursions accompagnées d'un déjeuner avec les bergers et vous ne le regretterez pas. Ce sera une expérience unique.

Cabras, entre les géants de pierre, les ruines antiques et les premiers bains

Cabras est la porte d'entrée du Sinis, l'une des régions les plus fascinantes de la Sardaigne. Nous sommes dans la province d'Oristano, dans la partie centre-ouest de notre île.

Un lieu d'une grande beauté, célèbre pour ses splendides plages de grains de quartz, considérées parmi les plus belles du monde : Est Arutas, Maimoni et Mari Ermi, pour ne citer que les plus célèbres. Des plages que l'on peut également atteindre à vélo sans trop d'efforts, étant donné les routes plates de la région.

plage de mari ermi en sardaigne
La sublime plage de Mari Ermi. © Michela Peddis

Ne manquez pas les grandes étendues de coquelicots rouges qui poussent au bord de la route. Et n'oubliez pas votre cerf-volant, idéal pour s'amuser en mer pendant le printemps venteux de la Sardaigne.

Ici aussi, on s'intéresse aux grands sites archéologiques sardes, avec les ruines nuragiques, phénico-puniques et romaines de l'ancienne ville de Tharros, dans le hameau de San Giovanni di Sinis. Lors des fouilles, un nombre incroyable d'amulettes égyptiennes en forme de scarabée ont été trouvées ici, démontrant à quel point les contacts existaient entre deux territoires aussi éloignés.

Dans le même hameau, on trouve également la plus ancienne église de Sardaigne, construite au 6ème siècle de notre ère et dédiée à San Giovanni.

église de san giovanni di sinis
La plus vieille église de Sardaigne, San Giovanni di Sinis. © Milosk50

Dans le hameau voisin de San Salvatore se trouve l'église du même nom, construite sur une source hypogée plus ancienne, avec des inscriptions dans toutes les langues, y compris l'arabe.

Le village est célèbre pour avoir servi de décor à de nombreux "westerns spaghetti", tels que Garter Colt, dont la protagoniste "Arlene Machiavelli" a plus tard inspiré le personnage d'Uma Thurman dans le film Kill Bill du réalisateur Quentin Tarantino.

À la fin de l'été, plus précisément le premier weekend de septembre, la célèbre "course à pieds nus" ("Corsa degli scalzi") commence.

Le village de Cabras dispose aussi d'un musée civique local, qui abrite certaines des plus impressionnantes statues du Monte Prama. Il s'agit des plus anciennes de la Méditerranée occidentale, trouvées dans la région de Cabras en mille fragments, puis reconstituées grâce à d'impressionnants travaux de restauration.

Ne quittez pas Cabras sans avoir mangé dans l'un des nombreux restaurants de poissons et sans avoir acheté le délicieux "botargo" (ou "bottarga") local, fabriqué à partir des œufs de mulet des lagunes du Sinis.

bottarga
La bottarga est un met luxueux qu'apprécient autant les sardes que les siciliens. © Gianluigi Bec

Iglesias et le chemin de Santa Barbara

Ville médiévale qui s'est développée et a grandi autour de ses mines, déjà connues à l'époque nuragique et développées à l'époque punique et romaine, Iglesias est aujourd'hui une ville provinciale tranquille qui offre beaucoup à ceux qui aiment l'archéologie industrielle. Nous sommes dans le sud-ouest de la Sardaigne.

cathédrale santa chiara à iglesias
La cathédrale d'Iglesias sous les étoiles. © Roberto Maggioni

Ne manquez pas de visiter les rues du centre historique, avec ses nombreux bars, restaurants, pizzerias et kebabs, avec un itinéraire recommandé de la Piazza Sella à la Piazza La Marmora, autour de la vieille ville. Une promenade le long des murs médiévaux de la ville est également recommandée.

Le long de la route, vous trouverez de nombreuses églises, qui ne sont pas toujours ouvertes aux visiteurs. L'ancienne "Villa di Chiesa" (villa d'église) conserve son nom espagnol d'Iglesias, qui signifie "églises". Ne manquez pas les rites de la Semaine Sainte, avec l'impressionnante et spectaculaire procession du Vendredi Saint, qui a une forte "teinte" hispanique.

Porto Flavia en Sardaigne
La mine de Porto Flavia, au sud de la Sardaigne. © Michela Peddis

Si vous aimez les musées, ne manquez pas le Musée de la Minéralogie et le Musée de l'Art Minier. Mais surtout, notez bien ces endroits :

  • La galerie Villamarina dans la mine de Monteponi, en bordure de la ville
  • La Grotta di Santa Barbara (à l'intérieur de la mine San Giovanni, elle a été découverte par hasard lors de l'excavation des galeries ; c'est l'une des plus anciennes grottes d'Europe)
  • La promenade panoramique dans le hameau minier de Nebida, avec une visite de la laverie de Lamarmora
  • L'incroyable Porto Flavia dans le hameau minier de Masua, un port minier entier avec des silos entièrement creusés à l'intérieur d'un promontoire rocheux (n'oubliez pas d'acheter vos billets à l'avance, ils sont uniquement vendus en ligne)

Si vous aimez marcher, profitez du Cammino di Santa Barbara, grâce auquel vous pourrez visiter à pied toute la zone du Sulcis Iglesiente.

Buggerru, la ville du surf et du vélo

Si vous allez à Iglesias, nous vous conseillons de continuer vers le nord, après Nebida et Masua, le long d'une des plus belles routes panoramiques de Sardaigne, jusqu'à ce que vous atteigniez d'abord le territoire de Buggerru, puis Fluminimaggiore et Arbus. C'est la "Côte verte" ou "Côte des mines" (Costa delle Miniere).

Buggerru à la fin du 19ème siècle était un village minier de grande importance mais aussi d'élégance, à tel point qu'il était surnommé le "Petit Paris". Aujourd'hui, il reste les grandes structures minières qui entourent tout le village et qui s'étendent jusqu'à la mer.

Buggerru en Sardaigne
Vue sur Buggerru. Photo Michela Peddis.

La plage de Buggerru est également l'un des meilleurs spots de Sardaigne pour le surf. Comme le printemps sarde est plutôt venteux, n'oubliez pas votre planche si vous êtes fan.

Ne manquez pas de visiter le tunnel Henry, une mine enchanteresse que l'on peut traverser en petit train, avec des sections intérieures et extérieures. Le parcours comporte d'authentiques terrasses à mi-hauteur sur les hautes falaises qui surplombent la mer.

Pour les marcheurs, il y a une belle randonnée entre le village de Buggerru et la célèbre plage de Cala Domestica, le long d'un parcours parfois... lunaire.

En continuant vers le nord, vous tomberez sur la spectaculaire plage de San Nicolò, au départ de laquelle se trouve l'une des aires de camping-car les plus pittoresques de Sardaigne. La plage est également magnifique avec une grande forêt de pins derrière elle. Mais attention aux forts courants si vous entrez dans la mer, alors ne vous éloignez pas trop.

Au bout de la plage se trouve le petit village de Portixeddu... Mais nous sommes déjà sur le territoire de Fluminimaggiore.

Un peu plus loin se trouvent Capo Pecora avec ses rochers lissés par le vent, la plage de Scivu et la plage de Piscinas, le plus grand désert de sable d'Europe, qui abrite également l'une des plus grandes plages nudistes du continent.

Nous sommes dans l'une des régions les plus belles et les plus sauvages de Sardaigne. Et au printemps, il n'y a presque personne par ici.

Sadali, le pays de l'eau

Sadali est surnommé le "village de l'eau", car c'est le seul village de Sardaigne qui possède une chute d'eau à l'intérieur de la ville. C'est la cascade de San Valentino, nommée d'après le saint patron local, qui en fait un lieu propice aux escapades romantiques.

cascade de sadali
A Sadali, une cascade se révèle en plein centre-ville. © Alessandro Vallainc

En fait, non seulement le village est peu habité, mais il est tout à fait isolé.

A Sadali, les eaux tombent aussi dans un "trou d'hirondelle" à la périphérie du village, que les locaux appellent "Sa ucca manna".

Pour finir ce tour des villages sardes, ne manquez pas de visiter les grottes de "Is Janas" (les fées de la tradition sarde), qui se trouvent à l'orée d'un grand bois, d'où partent de nombreux sentiers vers le territoire de Seui.

Et ne partez pas sans avoir vu "Su Stampu 'e su turrunu", un phénomène karstique rare : une véritable cascade qui émerge d'une grotte et se jette en contrebas, dans le lit du ruisseau.

Daniele Puddu
Daniele Puddu

75% d'ADN sarde, mais aussi de sang italien, espagnol, grec, arabe, juif, corse et breton. Daniele est diplômé d'un Master en gestion du patrimoine culturel et a créé ces dernières années le blog le plus lu de Sardaigne.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Sardaigne

fleuve de l'alcantara
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
Porto Flavia en Sardaigne
Suivez-nous en Méditerranée