artisan céramique caltagirone

Explosion de couleurs à Caltagirone, capitale de la céramique sicilienne

5 minutes de lecture 6 vues

Si vous êtes de passage en Sicile, faites-moi confiance : réservez quelques jours pour visiter également l'arrière-pays de cette île magnifique. Loin des plages se trouvent des villes riches en histoire, en art, en culture et paysages variés. Et parmi les plus éblouissantes d'entre elles se trouve Caltagirone.

Caltagirone se situe à environ 70 km de Catania (Catane) et observe la région à 600 mètres d'altitude, entre les monts Iblei et Erei. Sa position stratégique lui permet de dominer la plaine de Catane et celle de Gela.

Les origines de la cité sont très anciennes. A tel point qu'au cours des siècles, elle a gagné divers surnoms... En effet, Caltagirone est aussi connue comme la "colline des vases", la "reine des montagnes", la "terre d'argile", la "forteresse des jarres" et la "capitale de la céramique". Autant d'appellations qui suggèrent sa grande importance dans le patrimoine sicilien.

Son patrimoine artistique et architectural, parmi les plus célèbres du pourtour méditerranéen, teinte les itinéraires touristiques d'un intérêt particulier. Notamment le centre historique de Caltagirone, aujourd'hui inscrit au patrimoine de l'UNESCO.

les rues de caltagirone en sicile
Caltagirone se grimpe plus qu'elle ne s'arpente. © Maurizio Formati

12 siècles de savoir-faire en céramique

Mais Caltagirone est surtout fameuse dans le monde entier pour sa production artisanale de céramiques. En visitant le centre névralgique de la cité, on réalise vite à quel point cette activité implique encore de nombreux artisans. Ces artisans, on les appelle ici les "cannatari". Leur savoir-faire s'est transmis de génération en génération et s'est perfectionné pendant des siècles.

Les Byzantins, les Arabes, les Génois et les Normands se sont succédés entre les murs de Caltagirone. Inévitablement, leur influence a façonné son histoire millénaire tant du point de vue architectural que du point de vue de la production artistique.

carreaux de céramique sicilienne
Les jolis carreaux de céramiques typique de Caltagirone. © Siculodoc

C'est pour cela que, malgré l'apport de techniques plus modernes, la production locale conserve à la fois le style d'origine et les couleurs typiques de la tradition. La technique utilisée à Caltagirone pour le traitement de la céramique est appelée "invetriatura" et remonte à la période où les Arabes ont conquis la Sicile, en 827. Cette technique, depuis améliorée, a conduit la ville à exceller dans la production artisanale de céramiques, à tel point qu'on la surnommait le "Castello dei Vasi" ("château des vases"). Un succès que l'on doit aussi, sans doute, à l'abondance de l'argile dans la région.

On peut découvrir l'histoire de la ville en visitant le Musée de la Céramique. A l'intérieur sont exposés des milliers de trésors qui narrent les progrès historiques, techniques et artistiques de la production de céramique sicilienne, avec une attention particulière portée aux artefacts de Caltagirone.

Les rues de la ville regorgent bien sûr de boutiques d'artisans exposant leurs produits : assiettes, poteries, carrelages, vases et récipients de toutes sortes et pour tous les usages. C'est une véritable explosion de couleurs : turquoise, vert, jaune, or et manganèse. Très souvent, il est possible d'y voir un artisan "cannataru" à l'œuvre... Moment authentique de création pour le voyageur.

Un escalier en céramique unique en Méditerranée

Caltagirone est évidemment une ville d'art riche en monuments et palais somptueux, comme le Palazzo Gravina et la basilique normande de San Giacomo. Mais le symbole de la ville reste la Scala di Maria del Monte : 142 marches d'expression artistique qui sont devenues le centre névralgique de Caltagirone.

L'histoire de cet escalier remonte à environ 1500. Caltagirone a été édifiée sur les pentes des collines ; avec le développement de la ville, il était nécessaire de créer une connexion entre le nouveau quartier, siège du pouvoir civil, et le vieux quartier où se trouvait le centre religieux.

céramique devant l'escalier de Caltagirone
Une "testa di moro" posée sur l'escalier de Caltagirone. © Maurizio Formati

Initialement fût construite une route faite de rampes intermédiaires, pour compenser la différence de hauteur. Ce n'est qu'en 1800 que ces rampes ont été unifiées en un seul escalier vertical de 142 marches. C'est l'escalier tel que nous le voyons aujourd'hui.

Bien plus tard, en 1956, il a été décidé de décorer les contremarches de chaque marche avec de la céramique traditionnelle de différentes couleurs et de motifs variés. Cette décoration suit un ordre chronologique précis, afin que les éléments géométriques et floraux de style arabe, normand, aragonais, espagnol... puissent être observés successivement jusqu'au sommet de l'escalier.

scala santa marie del monte à caltagirone
De marche en marche, l'histoire de Caltagirone se lit dans les céramiques. © Maurizio Formati

Au mois de juillet, les 24 et 25, à l'occasion de la fête de San Giacomo, l'escalier de Caltagirone est orné de lampes à huile qui forment des motifs ornementaux en constante évolution, donnant vie à la traditionnelle "Luminaria". La vue du haut de l'escalier est vraiment incroyable.

Les innombrables beautés de Caltagirone

En vous promenant dans les rues du centre, traversez la place de la mairie, via Duomo, puis prenez via Roma. Tout au long du voyage, le thème de la céramique saute aux yeux ; même lorsque vous traversez le petit pont de San Francesco, construit en 1626 pour relier deux des trois collines sur lesquelles se dresse la ville.

Via Roma à Caltagirone
Un défilé de céramiques le long de la Via Roma. © Maurizio Formati

Via Roma mène directement à un autre lieu d'un grand intérêt et d'une grande beauté : la Villa Comunale Vittorio Emanuele. C'est un jardin public considéré parmi les 10 plus beaux parcs urbains d'Italie. A l'intérieur, le visiteur s'extasie devant de nombreuses œuvres d'une beauté et d'un raffinement rares. C'est encore grâce à l'utilisation de la terre cuite et du carrelage décoratif que l'on explore la culture visuelle de la cité : la "boîte à musique", les quatre saisons représentées par des figures féminines placées à l'entrée, le balcon floral... font partie des choses à voir absolument.

Luxuriant et varié, le jardin se mue en une île verte d'une splendeur étonnante. Tout n'y est que géométrie et symétrie, avec une forte densité de fleurs tout au long de l'année.

église de caltagirone
La magnifique cathédrale de San Giuliano. © Maurizio Formati
intérieur de la cathédrale de san giuliano
L'intérieur richement décoré de la cathédrale de Caltagirone. © Maurizio Formati

A la découverte des saveurs de Caltagirone

Arabes, Normands, Espagnols et Français n'ont pas seulement influencé l'architecture et l'art de Caltagirone. C'est en cuisine que l'on retrouve les traces de leurs traditions gastronomiques. Plus particulièrement en pâtisserie. Les secrets du travail des amandes grillées avec des blancs d'œufs et du miel viennent des maîtres confiseurs arabes.

On se souvient notamment de "a pasta reali", des "cuddureddi ri Natali" (pâte sablée au vin cuit fourrée au miel), les "panareddi ri Pasqua", les "cassateddi" (petits chaussons farcis à la ricotta), les "totò", les cannoli, les glaces et la granita. N'oublions pas non plus la "cubbàita" (nougat de pois chiches, confit à l'orange et au miel) et la "giuggiulena" (faite avec du sésame et du miel).

Les plats "pauvres", en revanche, rappellent, par leurs ingrédients, les anciennes traditions paysannes. Les terres voisines produisaient et produisaient des agrumes, des raisins de table, des olives et des céréales ; l'alimentation de nos ancêtres était logiquement basée sur ces produits.

"Pasta cu maccu" (garni de purée de fèves), "pasta chi mirangiani" (avec aubergines et ricotta salée), "piruna", "pani ri casa cunzatu", "scacciati", "cuccia" (blé cuit), "ngucciata" (polenta de semoule de blé dur) et "pasta ri casa" (semoule de blé avec de l'eau) sont des plats typiques de la tradition culinaire de Caltagirone.

Je n'ai plus qu'à vous souhaiter un bon voyage et… un bon appétit !

Maurizio Formati
Maurizio Formati

Véritable insulaire, amoureux de son île, Maurizio pratique la photographie depuis plusieurs années depuis la plus belle ville de Sicile : Syracuse. Il nous emmène à la découverte de ses coups de coeur en images, d'Ortigia à Trapani. Près de 6000 personnes suivent son compte Instagram.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Porto Flavia en Sardaigne
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Suivez-nous en Méditerranée