statues du chateau enchanté de sciacca

Perdre la tête dans l’intriguant Château de Sciacca, œuvre au 3000 visages

4 minutes de lecture 636 vues

Vous connaissez certainement la ville sicilienne d’Agrigente, célèbre dans le monde entier pour sa Vallée des Temples. Non loin se trouve Sciacca, deuxième port de pêche de Sicile après celui de Mazara del Vallo. La cité est appréciée pour ses thermes depuis l’Antiquité ; on dit que le légendaire Dédale y fit la découverte des grottes de vapeur... Cependant, ce qui attire le plus l'attention du voyageur, c’est son château sorti tout droit d'une folle imagination. Préparez-vous à y perdre un peu la tête.

Sciacca, ville sicilienne mythique et carnavalesque

Sciacca est également la ville de naissance du grand-père paternel de Jon Bon Jovi et, dans un tout autre genre, du célèbre écrivain Leonardo Sciascia.

Ses maisons colorées, ses plages de sable fin et le parc naturel qui l’entoure expliquent pourquoi, en juillet 2019, Sciacca est choisie par la maison de mode Dolce et Gabbana pour l’un des ses plus beaux évènements au thème très évocateur : “Les Mythes de la Grèce Antique”. Domenico Dolce ayant voulu mettre à l’honneur ses racines siciliennes.

Beaucoup s’y rendent pour son carnaval, un des plus importants d’Italie et le plus ancien de Sicile ; logique qu'on puisse y visiter le Musée du Carnaval.

Outre ses différentes basiliques et fortifications, d’autres sites d’intérêts tels que le Musée du Savon ou même le Musée du Jouet font de Sciacca une destination conseillée.

Un château médiéval et un palais imaginaire

En se rendant Via Conte Luna, dominant la ville, on accède à une ancienne forteresse : le château médiéval construit en 1382 par Guglielmo Peralta, Comte de Caltabellotta. Il s'agit de la demeure de la famille Luna, opposée dans une lutte économique et politique sans fin à la famille Perollo. Cependant, certains disent que Giovanni Perollo portait un amour secret à Margherita, épouse de Don Artale Luna… Un Roméo et Juliette à la sicilienne, en somme.

Mais ne nous perdons pas en route. Car il existe à Sciacca un château encore plus intriguant.

L'histoire du "seigneur des cavernes" sicilien

Né à Sciacca en 1888, Filippo Bentivegna émigre aux Etats-Unis en 1913 où il subit un grave traumatisme crânien. N’étant plus en état de travailler, victime d’amnésie, on le rapatrie en Sicile après la Grande Guerre ; là, on le diagnostique comme fou.

Filippo Bentivegna
Filippo Bentivegna dans son palais imaginaire en Sicile.

Il s’isole alors dans son fief aux fonds calcaires et commence à sculpter des centaines de têtes humaines, de toutes sortes.

Mais il arrive un moment où le fief ne suffit plus. "Mastru Filippu" construit donc des carrières transpercées de tunnels, qu’il considère comme son royaume, et dont il est "son Excellence le Roi". Le village a vite fait de le surnommer “Philippe des têtes”.

une statue dans le musée du castello incantato de sciacca
L'artiste fou gravait des visages expressifs dans son Château Imaginaire... © Rudolf-Ernst
chateau enchanté de sciacca
Le château de Sciacca recèle de figures minérales étranges. © Maudanros

La visite du peintre suédois Lilieström, qui considérait Filippo Bentivegna comme un artiste pur et primitif, permet l’organisation d’une exposition qui n’aura pas le succès souhaité mais suffira à attirer l’attention des journalistes. C’est seulement après sa mort en 1967 qu’un collaborateur de Jean Dubuffet (artiste et théoricien de l’Art Brut) parvient à visiter le “Jardin Enchanté” laissé à l’abandon. Il rapporte quelques têtes en cadeau à Dubuffet, exposées de nos jours au Musée d’Art Brut de Lausanne, en mémoire de Dubuffet.

Le Château Enchanté, quant à lui, est devenu propriété de la Région Sicile ; on le classe comme œuvre marquante du XXème siècle.

Le Château Enchanté et ses milliers de sculptures

Cet endroit n’a donc rien à voir avec un château au sens propre du terme, sinon dans l’imaginaire de l’artiste. En vous y rendant, il faudra accepter un peu de magie pour comprendre cet endroit enchanté. Plus de 3000 visages, aux expressions variées, sculptés dans la roche ou les troncs d’oliviers Saracens vous observent en ce lieu étrange. 

50 années de création, de têtes diverses, parfois isolées, parfois regroupées ou même directement encastrées dans les murs, incluant des visages célèbres comme Napoléon, Dante, Léonard de Vinci, Garibaldi, Mussolini, Pirandello, Mazzini et tant d’autres...

mur de visages au castello incantato de sciacca
Certains murs sont noyés de visages comme dans une vision fantasmagorique. © Maudanros
visage de pierre au chateau enchanté de sciacca en sicile
Les statues de pierre s'alignent sous les yeux ébahis des visiteurs. © Maudanros

Certains de ses amis y sont aussi représentés, mais tous sont considérés comme les sujets du Royaume du Seigneur Bentivegna. L'homme entretenait avec ses têtes des conversations fleuves, et tissait une profonde et sincère relation, comme on le fait avec un membre de notre famille ou un ami.  

Un musée à ciel ouvert, créé sur le terrain de l’artiste, et resté là depuis. Scellant à jamais le refus de l’auteur de vendre ses œuvres. Car on ne peut vendre ses sujets, n’est-ce pas ?

Mais c’est sans doute en entrant dans la petite maison où vivait Bentivegna que l’enchantement opère. Sa vie est passée en revue. Son séjour en Amérique est symbolisé par les gratte-ciels dessinés sur les murs ; sa traversée en bateau pour rejoindre New-York est représentée par le dessin d’un poisson contenant un autre poisson dans son ventre.

Aux pieds du “château”, un espace muséal est dédié à une sélection de certaines sculptures, aux écrits biographiques et critiques des œuvres de Bentivegna.  

Quand l'enchantement artistique opère 

Nous voilà donc dans un royaume en trois dimensions, immergés dans l’esprit d’un fou solitaire qui se protégeait de l’hostilité et l’indifférence humaine dans la sculpture d’expressions et de regards... A voir l'œuvre accomplie, on peut se demander si “Filippu u Pazzu” était vraiment, au fond, si fou que ça.

De nos jours, le royaume de son Excellence le Roi s’étend à d’autres artistes qui rendent hommage à cette histoire si particulière : un jeune sculpteur italien a réalisé une série de têtes en pierre calcaire sur une des plages de Sciacca, tandis que le groupe de rock Virginiana Miller lui dédie la chanson Bentivegna.

Filippu Bentivegna est ainsi devenu artiste à son insu, lui qui n’avait à cœur que la compréhension d’un monde sans doute plus fou que lui : “Je cherche la Grande Mère… À l'intérieur de la terre se trouve la semence de l’Homme”

Face à ce génie créatif, nous ne pouvons que nous incliner. Chapeau l’Artiste !

Céline Alcala
Céline Alcala

Expatriée en Sicile, Céline vous raconte la terre qui a conquis son cœur au travers de son blog « Céline en Sicile ». Retrouvez l’authentique vie sicilienne en direct sur son compte Instagram.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Sicile

La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Suivez-nous en Méditerranée