vue de palerme en sicile

Un weekend à Palerme, au cœur du plus grand centre historique de Sicile (et d’Europe)

10 minutes de lecture 56 vues

Aujourd'hui, je suis à Palerme, et pour arriver ici, j'ai traversé toute la Sicile. J'ai quitté ma chère Syracuse ce matin avec l'intention de passer quelques heures dans l'une des plus belles villes d'Italie avec le plus grand centre historique d'Europe. Palerme est la capitale de la Sicile et le siège du parlement régional. C'est ici que sont prises les décisions les plus importantes pour l'ensemble de la population sicilienne.

Rejoindre Palerme est très facile. Il suffit d'emprunter les autoroutes de l'est de la Sicile pour arriver directement dans la ville. Si vous voyagez en avion, vous pouvez choisir d'atterrir directement à l'aéroport "Falcone e Borsellino - Punta Raisi", qui se trouve à environ 30 km de la ville. Palerme peut également être atteinte par bateau, avec des départs depuis les principaux ports italiens.

Avant de continuer la lecture, au cas où vous chercheriez à vous baigner à proximité, nous avons aussi publié un article sur les belles plages à Palerme et alentours. Car dans cet article, je m'intéresse avant tout au patrimoine.

Le golfe de Palerme à la croisée des civilisations

Elle est si belle et mondialement connue que vous n'avez pas besoin de beaucoup d'arguments pour décider de la visiter. Les signes de son histoire et de son prestige sont clairement visibles en admirant son architecture magnifique et imposante.

facade de la cathedrale de palerme
La façade somptueuse du lieu religieux le plus emblématique de la cité. © Maurizio Formati

La cité sicilienne se trouve dans ce que l'on appelle la Conca d'Oro, littéralement au milieu des montagnes environnantes qui descendent lentement pour s'ouvrir sur le magnifique golfe qui prend le nom de la ville. C'est là que se trouve le port de Palerme. Son ancien nom est Panormus, dérivé du grec (bien qu'il n'ait jamais été une colonie grecque) signifiant "tout port".

Son centre historique est merveilleux, plein d'odeurs et de couleurs qui rappellent son histoire. Les styles architecturaux de différentes époques se sont superposés et on retrouve dans les rues les traces évidentes des peuples qui, au fil des siècles, l'ont dominée, laissant un charme architectural inestimable.

Car le territoire de Palerme a accueilli de nombreux peuples différents : Sicains, Romains, Crétois, Phéniciens et Arabes. C'est grâce aux Arabes que Palerme est devenue le principal port commercial de la Méditerranée. Seuls les Normands, après un très long siège, ont réussi à interrompre cette domination incontestée.

La Cathédrale de Palerme, indissociable de l'histoire de la cité

Aujourd'hui, comme pendant la domination normande, l'image de Palerme est représentée par sa cathédrale. Elle aussi a subi de grands changements historiques et des rénovations stylistiques. En fait, à chaque époque, il y a eu des interventions pour effacer les précédentes.

Tel un organisme vivant, la cathédrale contient en son sein les nombreuses fractures qu'elle a subies au cours des siècles de domination. Pour le visiteur le plus attentif, il suffira de l'observer dans tous ses détails pour faire un véritable voyage à travers des milliers d'années d'histoire.

cathedrale de palerme
La somptueuse (et multiculturelle) cathédrale de Palerme. © Maurizio Formati

Elle a été construite sur l'ancien lit de la rivière Papireto, sur les vestiges de l'ancienne basilique byzantine détruite par les Vandales. Elle a ensuite été reconstruite pendant la période arabe et transformée en la plus grande (et plus importante) mosquée de la ville. Avec l'arrivée des Normands, l'édifice religieux est revenu au culte chrétien.

Aujourd'hui, la façade principale de la cathédrale semble enchâssée entre deux tours, ornée d'arcs décorés de motifs clairement islamiques.

Le Palazzo dei Normanni, château palermitain par excellence

À quelques pas de la cathédrale se trouve un autre des symboles incontestés de Palerme : le Palazzo dei Normanni. Son importance historique et artistique fait du Palazzo dei Normanni un incontournable pour quiconque visite la ville.

palazzo dei normanni palerme
Le château des normands se dresse massivement dans le coeur historique de Palerme. © Stefano Valeri

Initialement une forteresse romaine, les Arabes l'ont transformée en château. Son apparence actuelle est le résultat de travaux de restauration et d'extension au cours des siècles. C'est au cours d'une de ces interventions que la chapelle palatine (palais royal) et les quatre tours défensives ont été construites.

La chapelle Palatine est aujourd'hui décrite comme le plus étonnant des joyaux religieux dont l'homme ait jamais rêvé. Roger II a fait construire et consacrer une basilique dédiée aux saints Pierre et Paul en 1140. Partout, vous y verrez des mosaïques d'or réalisées par des artisans vénitiens. Elle constitue aussi un concentré d'art normand en Sicile, tout en agrégeant des éléments de différentes cultures, à l'image du plafond à muqarnas, une décoration typique de l'architecture arabe, et les magnifiques mosaïques, typiquement byzantines.

S'arrêter à la Porta Nuova, porte massive et symbolique

Adjacente au Palazzo dei Normanni, la Porta Nuova (Nouvelle Porte) se dresse majestueusement. En raison de sa position, elle peut être considérée comme la porte principale (ainsi que l'une des plus anciennes) de la ville. La Porta Nuova a été édifiée à la demande du vice-roi Colonna, pour célébrer la victoire de Charles V contre les Turcs en 1583.

porta nuova palerme
La splendide Porta Nuova, dans le centre de Palerme. © Maurizio Formati

Elle compte deux façades : l'une donnant sur le centre historique, et l'autre tournée vers l'extérieur, vers Monreale. Elle fut ornée de frises et de symboles, dont quatre Turcs vaincus. Deux d'entre eux ont les bras coupés, comme on les coupait à ceux qui étaient accusés de vol, et deux ont les bras croisés en signe de soumission, en souvenir de la victoire africaine.

À l'intérieur de la porte se trouvent quatre bustes allégoriques de la Paix, de la Justice, de la Vérité et de l'Abondance.

Au-dessus de l'arche se trouvent l'aigle palermitain et les armoiries du vice-roi Colonna. En levant les yeux, on découvre également une loggia du 16ème siècle et un extraordinaire toit pyramidal recouvert de majoliques (faïences).

Balade de places en places, les yeux levés sur les façades

La visite de Palerme continue par la Via Vittorio Emanuele, en laissant derrière nous Porta Nuova. Nous arrivons à la célèbre Piazza dei Quattro Canti, également connue sous le nom de "Teatro del Sole" et surtout nommée officiellement "Piazza Vigliena" (je sais, c'est perturbant). Voilà le véritable cœur du centre historique de Palerme.

architecture palerme piazza vigliena
Les 4 façades décorées de la Piazza Vigliena. © Maurizio Formati

Depuis cet endroit, le soleil est toujours visible de l'aube au crépuscule. La place est située à l'intersection des deux rues principales de la ville : Via Vittorio Emanuele et Via Maqueda, qui divisent Palerme en quatre parties appelées "mandamenti".

Aux quatre coins de l'intersection se dressent quatre bâtiments baroques du XVIIe siècle. Ils se composent de 4 ordres décorés :

  • le premier ordre inférieur avec des fontaines représentant les quatre rivières de l'ancienne ville ;
  • le deuxième avec quatre statues représentant les quatre saisons ;
  • le troisième avec des statues de Charles Quint, Philippe II, Philippe III et Philippe IV ;
  • le quatrième et dernier ordre représente les quatre saints patrons de la ville avant l'avènement de Santa Rosalia.

La scandaleuse fontaine "Della Vergogna"

À quelques mètres de la Piazza dei Quattro Canti, on rejoint la Piazza Pretoria, plus connue sous le nom de "Piazza Della Vergogna" (eh oui, tous ces noms...), dans le quartier de Kalsa. Elle tire son nom du palais municipal appelé "Pretorio", lequel surplombe la fontaine du même nom, fierté de toute la place.

fontaine della vergogna à palerme
Cette fontaine a longtemps suscité l'ire des palermitains. © Maurizio Formati

La splendide fontaine Pretoria ou "Della Vergogna" est appelée ainsi par les habitants de Palerme en raison du fait que toutes les statues sont représentées nues. Cette place enchanteresse a longtemps été considérée par les habitants de la ville comme un symbole de corruption et de vice, à tel point que l'on dit que ce sont même les religieuses du couvent situé en face qui ont endommagé les statues en les dépouillant de leurs parties génitales, considérées comme inconvenantes.

Chaque niveau de la fontaine est marqué par la présence d'une série de petits bassins en marbre avec des représentations allégoriques des fleuves de Palerme : Oreto, Papireto, Maredolce et Gabriele. D'autres bassins, plus grands, arborent des têtes d'animaux, ainsi que de grandes sculptures représentant les divinités mythologiques de l'Olympe, parmi lesquelles se distingue Bacchus.

En revenant à la Via Maqueda et en la suivant en direction de la Via Ruggero Settimo, nous nous immergeons dans la chaleur et l'exubérance des innombrables lieux et activités de cette rue.

Je me dirige vers le Teatro Massimo mais juste avant d'arriver à ma prochaine destination, je suis littéralement envoûtée par la beauté d'une petite rue : la Via dell'Orologio. C'est le point d'accès au quartier de l'Olivella d'où l'on peut voir l'horloge de l'église communément appelée l'Olivella. La légende veut que la famille de Rosalia, la sainte patronne de Palerme, ait vécu sur le site de l'église de Sant'Ignazio all'Olivella.

Le Teatro Massimo, joyau du centre de Palerme

À ma gauche, la Piazza Giuseppe Verdi et l'imposant Teatro Massimo. Si vous vouliez représenter la beauté de Palerme en une seule image, je le ferais avec ce théâtre. Une longue volée de marches bordées de palmiers encadre l'entrée du troisième plus grand opéra d'Europe et le plus grand d'Italie.

C'est une œuvre d'art d'une grande beauté qui accueille chaque jour les touristes et les habitants qui se rassemblent sur les marches du théâtre. On le considère ici comme une étape incontournable du centre ville.

facade du teatro massimo à palerme
Un bijou d'architecture palermitaine à voir absolument. © Maurizio Formati

Il a été conçu comme un temple de la musique d'opéra. Et c'est exactement ce à quoi il ressemble de l'extérieur lorsque vous arrivez sur la place qui lui fait face. L'escalier mène à l'entrée avec six colonnes corinthiennes et, au-dessus, le fronton typique de l'architecture classique gréco-romaine.

Le long des côtés de l'escalier, deux beaux lions en bronze, chevauchés par des allégories de la tragédie et du lyrisme, contribuent à rendre l'entrée encore plus somptueuse. Sur le fronton, vous pouvez lire l'inscription suivante : "L'art renouvelle les peuples et révèle leur vie. Vain est le plaisir des scènes où elles ne visent pas à préparer l'avenir". L'auteur de cette phrase est toujours inconnu.

teatro massimo palerme
Le Teatro Massimo attire tous les voyageurs de passage. © Maurizio Formati

La structure du théâtre rappelle le style néoclassique. Son intérieur quant à lui est dominé par la couleur rouge, une nuance très particulière qui rappelle le rouge des feuilles d'automne. L'auditorium en forme de fer à cheval est célèbre pour son acoustique parfaite.

Les stalles ont un plafond mobile constitué d'une "roue symbolique" composée de 11 panneaux de toile autour d'un cercle formant une fleur. Un mécanisme de cordes et de poulies soulève les pétales vers le haut, permettant une ventilation naturelle de toute la pièce. Au centre se trouve le "Palco Reale", sculpté à la main et orné de décorations dorées et de deux figures féminines tenant des candélabres.

D'autres salles étaient autrefois destinées uniquement aux hommes appartenant à la noblesse de Palerme :

  • la Sala Politeama a une acoustique très particulière ; si vous vous trouvez au centre de la pièce, vous pouvez entendre votre propre voix amplifiée, tandis que dans le reste de la pièce, la résonance est telle que de l'extérieur, il est impossible de comprendre ce qui se dit à l'intérieur .
  • la Sala Onu, ainsi nommée en 2000 après que la conférence mondiale des Nations Unies sur le crime organisé s'y soit tenue .
  • la Sala degli Stemmi, utilisée pour les répétitions du corps de ballet, les conférences et les concerts de chambre.

Passage par le quartier de l'ancien marché Vucciria

L'une des destinations touristiques les plus populaires pour ceux qui visitent Palerme est sans aucun doute le marché Vucciria. On dit qu'autrefois, les rues du marché ne s'asséchaient jamais en raison de la quantité d'eau utilisée pour tremper le poisson et le garder frais.

Aujourd'hui, il ne reste du marché que quelques activités et quelques vieilles tavernes fréquentées par les buveurs locaux. Le marché est plutôt un lieu de rencontre pour les jeunes qui se réunissent à la nuit tombée pour boire un verre de "Zibibbo".

Dans tous les cas, une promenade dans les rues qui bifurquent du marché peut être utile pour apprécier la beauté décadente de la vieille ville et découvrir un petit morceau de l'histoire de Palerme. Le long de la rue menant de la Piazza Caracciolo à la Piazza Garraffello, par exemple, vous pourrez admirer la statue du Génie de Palerme, une figure mythologique considérée comme un symbole de la ville.

ruelles animées de la vieille ville de palerme
Les ruelles animées de la vieille ville de Palerme. © Maurizio Formati

Le week-end, le marché se transforme en un restaurant en plein air où vous pourrez déguster un large assortiment de street-food sicilienne : panelle crocchè, pane ca meusa, poulpe bouilli, poisson rôti, involtini d'espadon...

Je voudrais terminer ce voyage à Palerme en rappelant les paroles de Giuseppe Fava (Pippo), un grand fils de cette ville, journaliste, écrivain, personnage charismatique assassiné par la mafia :

"Palerme est somptueuse et obscène. Palerme est comme New Delhi, avec les fabuleux palais des maharajas et les corps agonisants des parias au bord des boulevards. Palerme ressemble au Caire, avec sa forêt de gratte-ciel et de jardins au milieu desquels s'insinuent les hiéroglyphes putrides des cabanes. Palerme est comme toutes les capitales de ces peuples qui n'ont jamais réussi à devenir des nations. À Palerme, la corruption est physique, tangible et esthétique : une belle femme, épuisée, gonflée d'humeurs pourries, les ongles noirs, et pourtant belle. Palerme est l'histoire de la Sicile, toutes les lâchetés et tous les héroïsmes, les désespoirs, les fureurs, les défaites, les rébellions. Palerme, c'est l'Espagne, les Maures, les Souabes, les Arabes, les Normands, les Angevins, il n'y a aucun autre endroit qui soit la Sicile comme Palerme, et pourtant Palerme n'est pas aimée des Siciliens. Les Occidentaux de l'île se soumettent parce qu'ils ne peuvent pas faire autrement, ils se reconnaissent comme sujets mais ne voudraient jamais être citoyens. Les habitants de l'Est, quant à eux, prétendent même être d'une race différente : ils sont siciliens et nous sommes siciliens."

Bon voyage à Palerme, perle de la Sicile.

Maurizio Formati
Maurizio Formati

Véritable insulaire, amoureux de son île, Maurizio pratique la photographie depuis plusieurs années depuis la plus belle ville de Sicile : Syracuse. Il nous emmène à la découverte de ses coups de coeur en images, d'Ortigia à Trapani. Près de 6000 personnes suivent son compte Instagram.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Sicile

fleuve de l'alcantara
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
Suivez-nous en Méditerranée