Que signifie le symbole de la Trinacria, sur le drapeau Sicilien ?

6 minutes de lecture 2619 vues

La Sicile est une région autonome d’Italie qui possède son propre hymne et son propre drapeau. En 2000, le drapeau actuel de la Sicile est adopté par la loi régionale numéro 1 sur proposition du président de l'assemblée régionale.

De couleur rouge et jaune, le drapeau reproduit au centre le symbole millénaire de la Sicile : la "Trinacria". Elle orne le drapeau sicilien mais également les armoiries de l’île et l’entrée de plusieurs habitations. Et ce symbole n’échappe pas aux étrangers et touristes qui visitent l’île ! Pour cause, il est représenté par une tête de femme ailée avec trois jambes autour. Voyons plus en détail la signification et l’origine de ce symbole singulier.

Que représente le symbole de la Trinacria ?

L’emblème de la Trinacria

Du grec ancien Trinakria, la Trinacria ou Trinacrie signifie littéralement trois pointes. On l’utilise généralement pour qualifier une surface terrienne ou sous-marine à trois pointes. Comme elle représente identiquement la Sicile de par sa forme, la Trinacria est le nom ancien donné par les grecs antiques à l’île au 3ème siècle avant Jésus-Christ.

Rappelons que la plus grande île du bassin méditerranéen (25.000 kilomètres carrés de superficie) est de forme triangulaire. Aujourd’hui la Trinacria est également le symbole de la Sicile et le motif qui orne le drapeau sicilien. Bien que le drapeau actuel ne fût adopté qu’en 2000, la Trinacria, elle, a été l’emblème de l’île depuis la période antique.

Un visage de femme avec une paire d’ailes à la place des oreilles et des serpents en guise de cheveux.

La Sicile, sous son nom Trinacria, a un côté mystérieux qui tourne autour du chiffre 3 que représentent ses trois jambes :

  • elle a 3 pointes (Messine, Syracuse et Trapani/Marsala)
  • elle est bordée de 3 mers (méditerranée, ionienne et tyrrhénienne)
  • elle comprend 3 chaînes de montagnes (Péloritaines, Nébrodies et Madonies)
  • elle a 3 volcans (Etna, Stromboli et Vulcano)
  • elle était coupée en 3 vals (Noto, Démone et Mazzara)
  • et 3 grands fleuves la traversent

Certains aiment ajouter du mystère en ramenant la symbolique vers les 3 étapes de la vie (Enfance, Adulte, Vieillesse), les 3 grands éléments que sont l’air, l’eau et la terre, les 3 étapes d’une journée (Matin, Journée, Soirée)... Intrigant n’est-ce pas ?

Dans sa représentation officielle, la Trinacria est symbolisée par un visage de femme avec une paire d’ailes à la place des oreilles et des serpents en guise de cheveux. De la tête émanent le triskèle, représenté par trois jambes fléchies ( un peu comme si elles étaient saisies en pleine course) et des épis de blé. Ce motif officiel orne le drapeau sicilien.

D’autres représentations sont également retrouvées dans les habitations et les objets artisanaux siciliens. La forme à décoration végétale montre une tête de femme, des serpents et une espèce végétale répandue dans l’île. Il peut s’agir d’épis de blé, de citrons, de figues de barbarie ou encore de grappes de raisin. La forme simplifiée met uniquement en évidence les trois jambes et le visage de femme.

La signification du symbole

Comme la Sicile est de forme triangulaire, le triskèle ou les trois jambes qui rayonnent de la tête représentent l’île avec ses 3 caps :

  • Le cap Peloro : au nord-est, près du détroit de Messine
  • Le cap San Vito lo Capo : à l’ouest, près de la ville de Trapani
  • Le cap Passero : au sud, près de la ville de Syracuse

On retrouve en figure centrale une tête de femme ornée d’un nœud de serpents, d’où rayonnent les extrémités humaines citées ci-dessus. Elle représenterait Méduse, une des trois Gorgones. Les gorgones étaient des créatures fantastiques redoutables de la mythologie grecque. Mais...

céramique de trinacria
On retrouve la trinacria partout, notamment dans la céramique sicilienne. © Céline Alcala

Peu savent qu’elle représente en réalité Hybla, la déesse de la fertilité pour le peuple sicilien antique ! Leur mère nature qui veille sur l’île, ailée en symbole d’éternité, de cycle du temps comme le cycle des saisons et des fruits de la terre.

Ce sont les Sicules qui ont ajouté les serpents, symboles de sagesse (contrairement à ce que l’on pourrait croire), afin d’effrayer d’éventuels ennemis. Lorsque les Grecs sont arrivés, ils ont cru reconnaître leur déesse Déméter, appelée Medusa chez les Romains, tant est si bien que de nos jours, la majorité des Siciliens eux-mêmes pensent qu’elle représente Medusa.

Autour de la tête, on peut voir la représentation d’un espèce végétal. Les épis de blé, les grappes de raisin, les olives ou les agrumes rappellent l’importante activité agricole dans le pays depuis l’époque antique. Notons que la Sicile est pourvue d’un sol particulièrement fertile dédié à la culture de fruits, de légumes et de blé.

Un drapeau entre patrimoine et mythologie

Depuis son adoption en 2000, le drapeau sicilien est présent dans tous les bâtiments publics régionaux. D’après la loi sicilienne, le drapeau sicilien se compose d'un « tissu de forme rectangulaire qui reproduit en son centre le blason de la Région sicilienne, avec des dimensions égales à trois-cinquièmes du drapeau, formé d'un écusson à la française représentant au centre le triskèle couleur chair, avec la gorgone et les épis. Le drapé a les mêmes couleurs que le blason : rouge orangé et jaune. »

Les couleurs de Palerme et de Corleone à l’honneur

Le jaune et le rouge sont les couleurs qui dominent le drapeau sicilien. Elles représentent respectivement Palerme et Corleone, deux villes où prennent naissance les « Vêpres populaires » une révolte populaire contre la domination des angevins Français en 1282. Le soulèvement se poursuit progressivement dans toute la Sicile jusqu’à la proclamation du roi Pierre III d'Aragon comme roi de Sicile.

Mais encore une fois, on retrouve plusieurs significations à cette combination jaune/rouge. Le jaune serait “l’or” de Palerme tandis que le rouge serait le “sang” de Corleone ; l’amalgame est fait avec le bien et le mal. On y associe également le feu et le soleil, les citrons et les oranges sanguines, la lune et le soleil (là encore un rappel des cycles du temps et de la fertilité)…

La réalité est pourtant très classique : ces couleurs reprennent le blason d’une des familles les plus puissantes que la Sicile ait connue, les Hohenstaufen, qui sont à l’origine de l’intégration officielle de ces couleurs dans le drapeau sicilien. 

La méduse, protectrice de l’île

La Trinacria est à la fois le symbole et le nom ancien de Sicile. Elle est également présente au centre du drapeau sicilien. La tête centrale de la Trinacria représente la Méduse, une des trois Gorgones à ne pas être immortelle.

Selon la légende, Méduse était une jeune femme dont la beauté fascinait tous les hommes, dont le dieu de la mer, Poséidon. Ce dernier parvenant à la séduire, un jour, les deux amants  s’embrassent dans un temple d’Athéna, rendant la déesse folle de jalousie. Athéna transforma alors Méduse et ses sœurs en monstres terrifiants. A partir de cet instant, tous les hommes qui se retournent pour la regarder se transforment instantanément en pierre. Cette malédiction est alors exploitée par les siciliens d'alors, d'origine grecque, qui décident de faire de Méduse la gardienne de l’île. Avec ses armes redoutables, elle est la protectrice de la Sicile contre ses ennemis.

La trinacria, gardienne du mauvais sort

Dans de nombreux foyers siciliens, la trinacria était un talisman de chance au même titre que les cornes en or. L’emblème était disposé derrière la porte de la maison ou les fenêtres afin de protéger le foyer des mauvais sorts. Il permettait également d’orner les objets et les murs afin d’apporter la chance. Présent sur le drapeau sicilien, la Trinacria permet d’éloigner l’île du mauvais œil.

La trinacria se décline dans de nombreux objets décoratifs. Photo Jesus Cabrera sur Flickr.

Une présence importante du blé dans l’agriculture sicilienne

Les épis de blé font également partie des éléments que l’on peut retrouver dans le symbole de la Trinacria. D’une part, l’épi représente un symbole de fertilité, et d’autre part la culture de blé était très répandue en Sicile durant l’époque antique. Les Grecs et les Romains, successivement, déboisèrent une grande partie de la Sicile pour la transformer en champs de blé. Les épis de blé sur le drapeau sicilien marque à la fois la prédominance du blé dans l’agriculture sicilienne et la fertilité exceptionnelle du sol sicilien. Raison pour laquelle les Romains surnommaient cette île... “le Grenier à blé”.

Au fil du temps, la Trinakria sera appelée "Sicania" par Homère, dans l’Odyssée, puis "Sikelaia" sous la domination arabe (un terme qui signifie "figues/olives" et "croissance"), jusqu’à être modifiée plusieurs fois avant d’être finalement la "Sicilia" : un seul nom porteur de l’histoire de plus de 13 civilisations, mais qui n’en perd pas pour autant ses origines dans son symbole le plus puissant, son drapeau, sa Trinacria toujours présente, immuable, éternelle,.

Photo en une par David Evers sur Flickr.

Olivier Djebali
Olivier Djebali

Installé dans le sud de la France, Olivier a mené des études de commerce international et longuement voyagé avant d'orienter sa carrière vers la rédaction. Il contribue notamment à des revues d'actualité internationale et de voyage.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire

À faire en Sicile

fleuve de l'alcantara
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Porto Flavia en Sardaigne
Suivez-nous en Méditerranée