Ragusa ou Vigata - photo Maurizio Formati

Sur les traces de Vigatà, la cité fictive la plus célèbre de Sicile

5 minutes de lecture 45 vues

La ville sicilienne du commissaire Montalbano existe-t-elle réellement ? Nombreux sont ceux qui se posent cette question. Partons ensemble à la recherche de cette ville imaginaire devenue extrêmement populaire depuis que l'œuvre littéraire a bénéficié d'une adaptation télévisée.

Vigatà, de la fiction littéraire aux réalités télévisuelles

Andrea Camilleri, célèbre auteur sicilien, raconte les enquêtes du non moins connu Commissaire Salvo Montalbano, un personnage méditerranéen, solitaire et taciturne ayant la charge de résoudre des crimes en tous genres. L'intrigue se déroule à Vigatà, dans la province de Montelusa - totalement fictive et peu décrite par son auteur.

Les romans connaissent un tel succès (plus de 2 millions d’exemplaires vendus rien qu’en Italie) que la société Palomar, à la fin des années 90, réalise la série télévisée des Enquêtes de Montalbano.

Luca Zingaretti (jouant le Commissaire Montalbano) à Scicli.

Cependant, le producteur Alberto Sironi et le scénariste Luciano Riccieri ont été confrontés au choix du lieu de tournage.

Où se trouve vraiment Vigatà ?

Lorsqu’Andrea Camilleri écrivait ses romans, il s’amusait avec les noms des lieux ; c'est ainsi que l’idée du nom Vigatà s'inspire de celui de la ville de Licata, tandis que le cadre urbain rappelle la ville de Porto Empedocle. La région de Montelusa se réfère quant à elle à Agrigente, la ville de Fela à celle de Gela, Sampedusa à l’évidente Lampedusa...

L’auteur a notamment déclaré s’être inspiré de la cour de l’école qu’il fréquentait lorsqu’il était enfant, et où il se réunissait avec ses camarades afin de partager les histoires de leurs différents villages. C’est ainsi qu’il regroupera plus tard toutes ses aventures en un seul lieu : Vigatà.

La région natale de Camilleri ne correspondait cependant pas aux décors imaginés par les lecteurs. La production préféra alors choisir comme lieu de tournage la beauté lumineuse (parfaitement adaptée) de la Sicile baroque du sud-est de l’île. Les bords de mer infinis, les vastes campagnes et l’art de ses villes composent ainsi la ville télévisuelle de Vigatà.

C'est pour cette raison que plusieurs villes sont identifiées dans la série comme étant une partie de Vigatà ; cela garantit un réalisme sicilien de grand impact aux yeux du spectateur.

L’alliance de ce cadre réel avec l’interprétation attachante de l’acteur Luca Zingaretti a conquis des millions de spectateurs, offrant un succès mondial à la série et un considérable essor du tourisme dans le Val de Noto.

La réponse est donc : oui, Vigatà existe.

Elle s’est matérialisée, éparpillée mais pourtant bien réelle. Sa localisation littéraire appartiendra à jamais à la fantaisie de son auteur tandis que le cinéma aura permis aux spectateurs de la découvrir de leurs propres yeux. Tant et si bien que le « Montalbano Tour » proposé par tous les excursionnistes du sud-est sicilien reprend le parcours des différents lieux de la série, passant d’une ville à l’autre et traversant en réalité la ville imaginaire de Vigatà.

Sur les traces du commissaire Montalbano

En cherchant les lieux de vie des différents personnages, on découvre forcément différents endroits - principalement des provinces de Raguse et de Syracuse. Ceci dit, lorsqu’on pense au Commissaire Montalbano, le premier endroit que l’on souhaite voir est sans doute sa maison, la "Casa di Montalbano", située en réalité dans un petit village en bord de mer, Punta Secca, où l’on trouve également le phare et le restaurant "Enzo a mare".

casa di montalbano
La "Casa di Montalbano" à Punta Secca.

Aujourd’hui, il est même possible de passer une nuit dans la maison devenue Bed and Breakfast et avoir ainsi la possibilité de prendre son petit-déjeuner sur le balcon avec vue sur mer comme le fait Salvo Montalbano. 

A quelques kilomètres de là, précisément à Donnalucata, en vous baladant le long de la plage, vous serez à Marinella, où notre Commissaire a l’habitude de se détendre.

En remontant vers les campagnes, on peut découvrir la majestueuse demeure du boss mafieux Don Balduccio Sinagra ; il s'agit en réalité du Château de Donnafugata, connu également comme la demeure du Guépard joué par Alain Delon.

On retrouvera ainsi :

  • les scènes de prison au sein de "la Casa di Reclusione" de Noto
  • la magnifique loggia de la Basilique Santa Maria Maggiore de Ispica
  • la briquetterie à l’abandon qui est en réalité la Fornace Penna de Sampieri, où Montalbano va souvent enquêter
Le phare de Scoglitti.
La Basilique San Giovanni il Battista.

Et tant d’autres endroits comme Chiaramonte Gulfi, Pozzallo, la "Chiesa Madre" de la Place "Fonte Diana" de Comiso ou son Mercato Ittico, le bureau de Garde côtière de Scoglitti et sa longue plage infinie de Cammarana, accueillant les conversations de Montalbano et son adjoint Fazio, fraction maritime de la séduisante Vittoria, où le Théâtre Vittoria Colonna et l’Eglise San Giovanni il Battista ne manqueront pas de rejoindre la scène, faisant à tour de rôle office de site de tournage pour quelques jours…

En marchant dans les ruelles romantiques et sereines de Modica, on aura l’impression d’être en compagnie de Livia ou du Docteur Pasquano.

Toutefois, la majorité des scènes sont réalisées à Raguse et Scicli, deux villes inscrites au patrimoine mondial de l’humanité par l’Unesco et désormais actrices principales d’une série diffusée dans plus de 65 pays et suivie par plus d’un milliard de téléspectateurs en 20 ans.

Il est même possible d’assister à un tournage chaque année, en mai et juin puis en septembre et octobre, et de saluer Luca Zingaretti en personne.

La Mairie de Scicli devient le Commissariat de Vigatà, contenant 4 pièces réservées à l’année :

  • l’accueil où la standardiste multiplie ses gaffes,
  • les bureaux de Montalbano et de son adjoint Giuseppe Fazio,
  • le bureau du Maire qui devient celui du Préfet de Montelusa Luca Bonetti Alderighi

Par ailleurs, c’est à Raguse, aux pieds du Dôme de Saint Georges que l’on retrouve la Place Vigatà et la surprenante façade bleue du "Cercle de Conversation" présent notamment dans l’épisode "L’odeur de la nuit", où Montalbano rencontrera bien souvent le médecin légiste Pasquano.

la coupole de ragusa
Dans les rues de Ragusa, dans le Val de Noto. Photo Maurizio Formati.

En serpentant le long des ruelles orangées de Ibla, le centre historique de Raguse, on pourra aussi se mettre à table à la "Trattoria Da Calogero" et savourer les mets préférés de nos personnages au restaurant "La Rusticana" : arancini, spaghetti à l’encre noire de seiche, sardines au kilo et autres spécialités siciliennes présentées en quantité dans les livres de Camilleri.

Depuis 2014, les lieux littéraires et cinématographiques de Montalbano font partie du patrimoine immatériel de la Sicile protégé par l'Unesco. Les lieux de Montalbano ont été inclus dans le Livre des Espaces Symboliques dans lequel sont répertoriés les espaces inscrits dans la mémoire collective. La production a donc su transposer, grâce au choix judicieux du cadre du tournage, cette ambiance sicilienne si chère aux lecteurs d’Andrea Camilleri.

En revanche, c’est à Agrigente que sont tournées les scènes de Montelusa. La production aura sans doute voulu rendre hommage au père de Montalbano qui s’en est principalement inspiré, certes, mais dont le nom a été "emprunté" comme il le déclarait sympathiquement lui-même :

"Agrigente est la Montelusa de mes romans, cependant le nom de Montelusa n’est pas mon invention mais celle de Luigi Pirandello, qui a utilisé ce nom à maintes reprises dans ses nouvelles : l’Agrigente d’aujourd’hui, il l’appelait Girgenti ou Montelusa, et je lui ai volé le nom ; de toute façon il ne peut plus protester."

On pardonnera aisément cet emprunt à Andrea Camilleri, décédé en juillet 2019. Son imagination sera à jamais présente auprès du lecteur qui devient acteur en arrivant dans la ville du Commissaire Montalbano et ses amis.

Un héritage bien atypique que laisse cet auteur à la Sicile : Vigatà, plus qu’une ville imaginaire, une cité mosaïque.

Céline Alcala

Expatriée en Sicile, Céline vous raconte la terre qui a conquis son cœur au travers de son blog « Céline en Sicile ». Retrouvez l’authentique vie sicilienne en direct sur son compte Instagram.

Merci

Votre commentaire est maintenant en attente de modération.

Laisser un commentaire
Nuraghe de Santu Antine, Sardaigne.
La cité médiévale de Monemvasia et son dédale de ruelles à flanc de mer, Grèce.
Le port de Limeni dans le Magne, Grèce.
Suivez-nous en Méditerranée